Une façon de partager, tout en pensant : Ce qui te manque, cherche-le dans ce que tu as

De la joie et de la tristesse

Me revoilà penchée sur Khalil Gibran. J’aime le lire parfois, surtout quand un besoin de « remonter dans le jeu » se fait ressentir.
Le jeu peut être simple, aisé. Le cheminement y est alors agréable, la partie est nourrissante. Le besoin de le lire ne sera pas le même que celui que j’éprouve lorsque le jeu se complique. La partie n’est pas toujours une évidence. Lors des sanctions, diverses chutes, au moment où le doute s’installe, j’aime retrouver ce qui fait partie de mes piliers, les textes « joker ». J’aime comparer la différence d’effets qu’ils peuvent faire sur moi selon mon niveau de jeu dans la partie.
Aujourd’hui, la partie est plus plaisante que la semaine dernière, période où j’ai relu ces textes mais j’ai tout de même envie de les partager même si je ne suis plus dans le même état d’esprit.

Une femme dit alors:
« Parle-nous de la Joie et de la Tristesse. »
Il répondit:
Votre joie est votre tristesse sans masque.
Et le même puits d’où jaillit votre rire a souvent été rempli de vos larmes.
Comment en serait-il autrement ?
Plus profonde est l’entaille découpée en vous par votre tristesse, plus grande est la joie que vous pouvez abriter.
La coupe qui contient votre vin n’est-elle pas celle que le potier flambait dans son four ?
Le luth qui console votre esprit n’est-il pas du même bois que celui creuse par les couteaux ?
Lorsque vous êtes joyeux, sondez votre coeur, et vous découvrirez que ce qui vous donne de la joie n’est autre que ce qui causait votre tristesse.
Lorsque vous êtes triste, examinez de nouveau votre coeur. Vous verrez qu’en vérité vous pleurez sur ce qui fit vos délices.
Certains parmi vous disent: « La joie est plus grande que la tristesse », et d’autres disent: « Non, c’est la tristesse qui est la plus grande. »
Moi je vous dit qu’elles sont inséparables.
Elles viennent ensemble, et si l’une est assise avec vous, a votre table, rappelez-vous que l’autre est endormie sur votre lit.
En vérité, vous êtes suspendus, telle une balance, entre votre tristesse et votre joie.
Il vous faut être vides pour rester immobiles et en équilibre.
Lorsque le gardien du trésor vous soulève pour peser son or et son argent dans les plateaux, votre joie et votre tristesse s’élèvent ou retombent.

Khalil Gibran

Quant au texte qui suit, j’ai encore du travail afin qu’il m’apporte ce qu’il devrait. Je ne le considère pas encore comme un « texte joker ». Il fait encore partie d’un niveau qui n’est pas encore le mien.
La vie est un jeu où le but est l’évolution. C’est le plus passionnant des jeux car tous les autres n’ont qu’un but, la victoire. On peut gagner une fois mais si cela n’apporte aucune évolution, je ne vois pas l’intérêt de jouer.

Khalil GIBRAN, Le Prophète
Sur la Douleur :


    Et une femme parla, en disant : « Parle-nous de la Douleur ».
    Et il dit :
    « Votre douleur est cette fissure de la coquille qui recèle l’harmonie de votre esprit.
    Tout comme le noyau d’un fruit doit se briser, afin que le cœur puisse mûrir au soleil, ainsi devez-vous connaître la douleur.
    Et si vous pouviez maintenir votre cœur émerveillé devant les miracles quotidiens de votre vie, votre douleur vous apparaîtrait aussi merveilleuse que votre joie ;
    Et vous accepteriez les saisons qui aiment votre cœur, comme vous avez de tout temps accepter les quatre saisons qui traversent vos champs.
    Et enfin vous sauriez comment veiller avec sérénité tout au long des hivers de vos malheurs.
    Une grande part de votre douleur est choisie par vous-même.
    La douleur n’est-elle pas cette passion amère que prescrit le médecin en vous pour guérir votre moi malade ?
    Ayez confiance en ce médecin, et buvez donc sa potion en silence et en toute quiétude ;
    Bien que sa main soit forte et pesante, elle est guidée par la tendre main de l’invisible,
    Et même si la coupe d’argile qu’il vous tend, vous brûle les lèvres, sachez que le potier l’a pétrie de ses larmes sacrées.
    Voilà, je me sauve pour l’instant et avec le sourire. Pas de tristesse,je signale ça pour toi qui passes ici. Pas de souci pour moi tant que j’ai une paire de chaussures qui me permet d’avancer et les yeux pour contempler;)
    Purée!!! On dirait que je suis sage quand je relis ça, comme quoi, il ne faut jamais se fier aux apparences.
Publicités

6 Réponses

  1. azraelle29

    Meilleurs voeux pour 2011, bonheur, santé, et belles images 🙂

    1 janvier 2011 à 12:47

    • Merci Bonne Année 2011 à toi aussi et continues à rester de bonne humeur, c’est une qualité qui devient très rare surtout pour une fille :))

      3 janvier 2011 à 11:36

  2. teytaud christian

    qu’ils sont beaux ces textes !….très bon choix !

    2 janvier 2011 à 12:49

    • Oui j’aime bien aussi et ça change un peu des topos de randonnées 😉
      Je plaisante mais j’aime lire, relire ou découvrir, ensuite j’approuve ou pas mais c’est toujours intéressant d’écouter les autres. Comme quoi la curiosité n’est pas un défaut.

      3 janvier 2011 à 11:45

  3. locadine

    Tellement vrai ……. Je ne connais pas , à découvrir , tous mes voeux pour cette nouvelle année , bisoussssssssss .

    2 janvier 2011 à 15:10

    • Vrai mais pas évident pour une personne qui souffre de se dire que bientôt le gouffre rempli de douleur sera plein d’instants magiques, même si elle sait que tout passe un jour ou l’autre.
      Raison de plus de savourer à fond les bons moments qu’ils soient petits ou grands et de se faire plaisir.
      Je vais de ce pas me faire un bon pti café en attendant les clients. à ++++
      Oups j’allais oublier …………… Bonne Année, je te souhaite des jambes qui tiennent la route, une bonne paire de gaudillots et de continuer de rire comme tu le fais.
      La Yaute salue la Gironde 🙂

      3 janvier 2011 à 11:54

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s