Une façon de partager, tout en pensant : Ce qui te manque, cherche-le dans ce que tu as

En réponse aux 5 sources d’inspiration d’Anne…

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Ses 5 sources d’inspiration: annejutras.wordpress.com

Quand Anne publie un article sur ce qui l’inspire et qu’elle demande qu’elles sont les nôtres, je m’interroge.
Je ne parlerai pas de sources d’inspiration, mais de choses qui me construisent, qui font de moi ce que je suis. Comme si j’étais un bloc de terre glaise, et que mes passions étaient les mains qui me façonnent, qui font que j’aime croquer la vie.
La nature, la montagne, le sport sont les piliers de mon existence. En une seule phrase, je peux tout résumer :
« Enfermez-moi sans que je puisse me dépenser et respirer l’air pur, et vous pourrez me conduire à l’asile »
Je ne dis pas cela à la légère pour donner une image me concernant, il s’agit d’une réalité.
S’il m’arrive de ne pas sortir marcher, de ne pas faire d’efforts pendant un certain temps, je m’éteins et deviens un truc incapable d’encaisser la moindre chose. Mes épaules s’affaissent face aux réalités étouffantes de la vie quotidienne.


1- Le sport
:
J’ai donc un besoin vital de me dépenser, de me fatiguer, d’aller au bout de moi.
Quel plaisir de sentir les muscles de mes cuisses me tirailler, de devoir réguler la respiration, de pousser l’effort encore un peu. Je sais jusqu’où je peux aller, pour pouvoir recommencer sans « m’abîmer ».
J’aime quand mon mental encourage mon organisme pour arriver à la plénitude. J’ai l’impression que tous les pores de ma peau respirent le bonheur ensuite… le rêve pour moi et mon entourage 😉
 
 
 
 
 
 
2- La nature :
La joie de me retrouver en constante admiration face à elle, qu’il s’agisse de la beauté d’un champs multicolore parsemé d’une multitude de fleurs aux couleurs intenses ou qu’il s’agisse de surprendre un animal dans ses activités. Combien de fois, il m’est arrivé de rire en observant les animaux, d’avoir de la peine pour l’un d’eux, ou simplement d’être déconnectée du monde des humains quand je me pose pour les observer.J’aime me promener, suivre leurs traces, les sentir, les attendre et récompense supême, partager des instants avec eux.
 
3- La montagne :
Elle pourrait aller dans le paragraphe Nature, mais je lui mettrai, quand même, un petit « plus ».
Tout comme j’aime les passions, les choses qui me construisent, j’aime ce qui fait la montagne, et cela inclut énormément de choses.
La montagne, ça commence par une forme, une ombre, un lever de soleil, de l’herbe humide, des odeurs particulières, des textures, des éléments s’alliant bien qu’ opposés les uns aux autres, c’est une faune extraordinaire, une flore riche, des rencontres typiques, une solitude savourée, c’est une forme de respect, une mise à nu, une ouverture d’esprit, l’impression d’être au-dessus d’un vaste monde tout en étant une petite, toute petite chose qui se grandit en la côtoyant. C’est aussi l’adrénaline, la douleur, la peur, la mort. La chose dominante en montagne est le partage. Elle vous accepte, vous vous donnez à elle. C’est une passion, une relation intime qui ne laisse jamais indifférent celui ou celle qui la vit.
 
4- Et le reste
J’ai déjà fait assez long, alors je dirai :
– Ne pas écouter de musique, c’est comme un ruisseau à sec.
– Ne pas aimer, c’est comme une gourde trouée.
– Ne pas apprendre, c’est comme rester derrière une porte close.
– Ne pas rire, c’est comme gravir le plus haut sommet des …Pays Bas 😉

J’ai bien d’autres « sources d’inspiration », mais je les garde pour moi. Ces sources là, ont un ou des prénoms…

Publicités

14 Réponses

  1. Dans la première photo, c’est la sauge des prés?

    26 février 2012 à 15:43

    • Oui. Je ne pensais plus que l’on en avait parlé l’autre jour. Voilà, « ma » sauge des prés, qui fleurit en été.

      27 février 2012 à 07:54

  2. Ta marmotte est vraiment sympathique, et j’adore ton chien. Pas facile, l’exercice proposé par Anne. Je rejoignais pas mal ses quatre premières sources, et j’en ai ajouté quelques unes, dont la chasse aux variations sonores et lumineuses, mais en te lisant, je me dis que les tiennes pourraient bien être les miennes également. Bonne semaine, Val.

    26 février 2012 à 22:57

    • Je pense que l’on a tous les 3 des points communs, nos photos le démontrent bien. Nos milieux, nos vies sont différentes, mais nous « voyons » des choses que d’autres ne verraient pas ou n’apprécieraient pas.Poser son regard, n’est pas qu’une histoire de vision, il y a aussi une certaine philosophie de vie lorsque l’on s’arrête sur telle ou telle chose.
      Merci, bonne semaine à toi. La mienne commence sous le soleil avec le redoux. La neige devient de la soupe, ça sent le printemps.

      27 février 2012 à 08:10

  3. Excellent article!
    Val, merci pour tes réponses en écho à ma question sur l’inspiration. J’ai aimé te lire et j’aurai poursuivis ma lecture encore longtemps. Plusieurs facettes de tes inspirations rejoignent les miennes. Ce sont des élans de vie qui nous animent. Sans eux, nous ne serions pas comme nous sommes. En passant, tu as de très belles photos pour illustrer tes propos, j’aime particulièrement la première.

    Bisous! xx

    27 février 2012 à 01:29

    • J’ai pris le temps de te répondre lors d’un moment creux, mais je dois avouer qu’en ce moment, soit j’ai pas mal de travail, soit je profite du soleil 😉
      Normalement, je ne m’étends pas trop sur ma personnalité, je suis plutôt discrète sur beaucoup de choses, mais tu m’as incitée à en dire plus et quand je me mets à écrire, je pourrais ne plus m’arrêter. Serais-je une bavarde du clavier ? 😉
      La première photo me fait penser que bientôt, les champs refleuriront et que nous passerons à autre chose, mais pour l’instant tout est encore sous une épaisse couche de neige qui commence à se réchauffer.
      Bonne journée, je file travailler sous un ciel parfaitement bleu.

      27 février 2012 à 08:18

      • amaya

        Parfaitement bleu comme l’ancolie !
        Bonne journée

        27 février 2012 à 08:31

  4. Une Même Source Forme bien des Rivières ,
    Enfants de Mère nous le Somme Tous ,
    Suivant sa Course comme Ephémères ,
    Dans sa Lumière en Faim de Course.
    ~
    L’Une reste Muse au Chant de l’Onde ,
    Inspirant l’Être de Nature ,
    A Voir Au Delà , en Liens de ce Monde ,
    Une Matière d’Hors pour l’Ecriture.
    ~
    Loin de Garder tout celà pour Soi ,
    L’Envie est Là de Partager ,
    Montrer une Vie de Mille Eclats ,
    Juste à Portée , Sans Rien Acheter.
    ~
    NéO~
    ~
    Becs Non Troués 😉

    27 février 2012 à 18:39

    • Tes paroles sont justes NéO~ , j’ai la preuve à la maison, j’ai deux filles, créées en simultanées, issues de la même source au même moment et qui forment deux cours d’eau bien distincts. Ce ne sont pas les molécules qui nous créent, mais ce qui se trouve sur notre chemin.
      J’aime le cours qui m’anime, tracer des méandres plutôt que de suivre un courant fort, emmagasiner et découvrir plutôt que d’arriver vite et puissamment. Prendre ensuite le temps de partager. Donner pour le plaisir, sans penser aux bénéfices est le plus rentable des des gains.
      Becs en soie

      28 février 2012 à 08:32

      • Non Pas Deux mais Biens Trois sont les Filles par chez Nous ,
        L’Une se Joint près de l’Hôte pour en aimer les Liens ,
        Différentes et Uniques , elles sont d’Hors je l’Avoue ,
        Chacune prenant Chemin d’un Libre Cours Ancien.
        ~
        NéO~
        ~
        Becs des Rives pour Bénéfilles 😉

        28 février 2012 à 16:48

  5. Je pensais que tu allais citer le chocolat aux noisettes comme autre source de motivation… 😉
    Les photos sont toutes très belles, chapeau !

    27 février 2012 à 23:25

    • Merci lemarcal 😉
      Le chocolat aux noisettes (côte d’or) sera la motivation pour que je me bouge, le jour où je ne serai plus motivée car :
       » Consommer sans bouger, c’est emmagasiner sans éliminer  » et je n’ai pas trop envie de devenir ce genre de jeu gonflable où l’on rebondi quand on saute dessus 😆 en plus ces jeux là, sentent mauvais au soleil 😉

      28 février 2012 à 08:39

  6. L’exercice est plutôt deshabillant…
    Mettre en mot est un art que tu maitrises bien …
    J’aime la 2, bien calée, tous 2 dans la même direction. A mon avis, il doit y avoir des chamois au loin, non ?

    29 février 2012 à 13:42

    • Le côté déshabillant m’a fait hésiter et puis, je suis restée maître dans le jeu, je n’ai enlevé que ce que je désirai. Il me reste une bonne couche qui ne s’enlève pas sur le net 😉
      S’il y avait eu un chamois, je l’aurais faite se coucher et lui aurait infligé l’ordre de ne pas bouger. On essaye de respecter au maximum ce petit monde.
      Il ne s’agissait que d’une observation au cas où…
      Souvent c’est elle qui sent ou voit en premier. Elle vaut une bonne paire de jumelles 😉

      1 mars 2012 à 08:32

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s