Une façon de partager, tout en pensant : Ce qui te manque, cherche-le dans ce que tu as

Articles tagués “bouquetins

Escapade Savoyarde

Je rentre de rando ou d’évasion bonheur et j’avais envie de partager ici les photos du moment, photos où la lumière d’aujourd’hui est particulièrement belle.
Il a plu ce matin et le soleil a refait son apparition dans la matinée, laissant les reliefs exploser dans une lumière impeccable, sans la moindre trace de brume ou de voile.
J’avais décidé  de partager ça et puis, en venant sur le pc pour mettre mes photos du jour, je me suis rendue compte que j’accumulais les sorties, les étincelles et qu’elles restaient là, au fin fond de mon disque dur.
Je laisse ma sortie d’aujourd’hui et je t’offre un lieu tout aussi beau, attrayant, qui m’a enchantée. C’était juste un premier contact avec lui, mais j’ai bien l’intention d’y retourner car il m’a conquise.
Alpages et glaciers font bon ménage, et surtout, il vole de gros oiseaux là bas aussi. Gros oiseaux qui ont la gentillesse de nous saluer alors que nous partions, comme pour nous taquiner alors que nous les avions cherchés tout au long de notre sortie et bien évidemment, les appareils étaient bien rangés.
L’endroit est plein de mélèzes, ce qui présage un automne aux couleurs d’or… ce qui veut dire aussi, qu’il serait inconcevable de laisser passer ça 😉

****

21-

****

12- Vestiges

****

63- Habitants des lieux en pleine mue

****

34- Point de vue

****

55- Fidèle Louna

****

46-Grive

****

77- Bergeronnette grise

****


Là haut…

****

Mardi matin, direction là haut, au-dessus d’ici. Pas claire la description?!
Ici, c’est chez moi, là haut, c’est au-dessus 🙂
Donc en direction d’en haut alors qu’ici nous sommes sous la couche de nuages.
Deux personnes devant nous qui descendront vite et trois autres qui montent mais qui n’iront pas plus loin que les chalets, donc pour finir la montagne pour nous deux au milieu des habitants permanents à poils et à plumes.
Toujours au rendez-vous les bouquetins qui sont au maximum de leur forme (et formes).
Ils se préparent au rut et à l’hiver. Quel contraste avec leur apparence printanière où ils sont maigres et en pleine mue. Là, ils sont parés d’une fourrure épaisse et sont énormes. Ils vont plaire aux femelles dans peu de temps 🙂 et avec leurs réserves, pourront tenir tête à la dureté de l’hiver.
Première rencontre avec un mâle, puis un peu plus un autre, pour finir sur un groupe qui commence à s’amuser « aux mecs » entre eux avant la période du rut.
Pas de grands ailés dans le ciel cette fois-ci mais la charmante rencontre avec des tichodromes échelettes, ce qui donnera, je pense, une nouvelle raison pour y retourner (comme s’il fallait une raison 😉 )
En poussant la balade un peu plus loin, on entre dans un espace, temple de la solitude au milieu de nulle part dans la neige où l’on s’offre,  au sortir de nos sacs à dos, café et thé bien chauds pour augmenter le plaisir de l’instant.
Le plaisir, ça se travaille.
On redescendra à l’approche de la nuit, s’attardant toujours sur ce qu’il nous faut quitter. Les dernières lumières du jour s’étalent sur les sommets nous laissant admiratifs le temps d’un instant avant qu’elles ne s’éteignent rapidement.
La montagne s’est parée de sa lumière de feu et ça, rien que pour nous. Merci à elle pour ce partage, et merci de nous avoir donné cette faculté de savoir la regarder.
On doit redescendre…
 
 

tite maison dans les cailloux1- Mimétisme

****

regard2- Regard d’un beau gosse

*****

mâles3- Oser ou folie

****

Sans titre-14- Prémices en attendant les délices

****

portrait5- Prestance

****

beau mêle6- Imposant

****

à en fermer les yeux7- Savourer la vie avant l’hiver

****

descente8- S’éterniser

****

lumières du soir9- Lumières tardives

****

Une autre série avec les femelles et les jeunes viendra prochainement. A bientôt.

Encore et encore

 

Dimanche matin, debout avec le soleil. Non, pas à l’aube car le soleil prend son temps pour venir nous chatouiller. J’ai été surprise de sentir la chaleur dès le matin, c’est rare ici, même en été les matins restent frais alors qu’hier, l’air était vraiment agréable. J’ai hésité, avant de partir, au sujet de ma destination et je ne regrette pas mon choix final. Débutée par un chemin classique, presque une autoroute à rando, ma sortie a vite pris de l’intérêt lorsque j’ai quitté le chemin pour bifurquer dans la forêt afin de suivre ensuite un petit sentier caillouteux et boueux. C’est un endroit qui ne m’est pas habituel mais je crois bien que je vais m’y perdre souvent à l’avenir.
Une fois le sentier en escalier terminé, la forêt bute sur un alpage vaste à fleur de falaises d’un côté et cerné par une grande barre rocheuse de l’autre.
C’est un choc en arrivant en haut. Je me serais presque prise pour la reine du monde, mais ce titre ne me plaisait pas du tout alors je dirai que j’ai été époustouflé par la beauté du panorama qui s’offrait à moi.
Comme une gamine devant une vitrine de jouets, je regardais tous les endroits familiers où j’aime aller me perdre loin de la foule.

Panorama sans titre1

Je n’ai pas eu le temps de rêver longtemps puisqu’un sifflet s’est vite fait entendre. Je dérangeais les étagnes qui étaient dans les broussailles. Je ne les avais pas vu mais moi, j’ai vite été repéré. Louna, toute aussi surprise que moi a voulu aller leur dire bonjour, mais elle a vite compris où était sa place. Les bêtes, on regarde, on ne touche pas. Nous nous sommes assises tranquilles histoire de calmer le jeu, de ne pas les déranger.
Après quelques minutes de calme, la vie a repris son cours là haut. Les étagnes se sont remises à brouter, un chamois est même venu voir qui se permettait de les faire siffler. Inutile de dire combien c’était agréable. Après un bon moment, je suis repartie en direction des falaises pour m’installer et profiter du spectacle.
Lequel? celui de la nature.
Vue extraordinaire en face, pan de montagne entier couvert de primevères auriculées, le gypaète qui volait en bas dans la vallée et puis, et puis…
Le bonheur. J’y retournerai bientôt car j’aimerais trouver la faille pour passer par la falaise et me retrouver sur un autre chemin familier afin de faire une belle boucle et puis… il y a tant à voir, à faire voir 😉

 

****

étagne
1- Je t’ai vu

****

ET2
2- Etagne

****

2 étagnes
3- Agilité

****

à l'ombre
4- Repos à l’ombre. Mi-juin, les petits seront là

 

****

 

chamois
5- Chamois 

****

ch2
6- Bonjour

****

 

Et hop, une petite dose de soleil

  

Mercredi ciel bleu, soleil et ombre.
Quand on vit entouré de montagnes, que le ciel est bleu, on ne pense qu’à une chose :
« Où est le soleil » ?
Les montagnes si hautes et le soleil si bas en cette saison nous transforment en pions en perpétuelle recherche de l’endroit ensoleillé.
Passer de l’ombre au soleil est une douce caresse, l’inverse une morsure.  Les jours où il ne fait pas beau, on ne se pose pas la question, on peut aller partout, mais quand le soleil est là, il est trop difficile de renoncer à son bienfait.
Mercredi, ce fut donc une sortie à la conquête du soleil.
 
 

****

 

3

1- Dans un petit coin allumé

 

****

 

 

4

2- Encore et toujours si imposant

 

****

 

1 (2)

3- Qui regarde qui? 

****

 

Les vraies richesses de la vie, ce sont toujours les mêmes et elles sont gratuites : l’air, l’eau, la lumière, le silence et la liberté.
Sénèque
 

****


Là haut, juste un peu plus haut

 

Ca y est, jeudi j’ai foulé la première gelée de la saison 😉
Alors qu’en bas on cherche à n’avoir que très peu d’épaisseur de vêtements sur le dos, en haut ce fut la surprise, le contraire au petit matin. Il est vraiment rare qu’en montant, on mette des épaisseurs supplémentaires. En général, à la montée, l’effort donne si chaud qu’on enlève vite une couche. Hier ce fut le contraire on a rajouté la réserve du sac et j’ai même regretté de ne pas avoir pris mes gants!
Parties avec la rosée pour se retrouver au milieu de chemin en présence de gelée, ma « copine de montagne »  et moi  (pour les hommes compères ferait l’affaire, mais j’ai du mal à écrire « commères » pour nous définir 😉 ), sommes sous le charme des herbes et fleurs figées par une légère couverture blanche.
Tout ça se dissipe vite lorsque le soleil se lève et décide de nous inonder de ses rayons chauds. Le soleil, la chaleur et les belles rencontres sont arrivés ensemble.
Après une pause avec les hôtes des lieux, nous avons repris le chemin qui nous mène encore plus haut, là haut.
Le plus dur, une fois arrivées où l’on quitte le monde des pieds sur terre,  fut de se décider de redescendre.
Dans certains lieux, les mots sont superflus, inapropriés, où même les « commères » se taisent 😉
 

 

****

 

 

w9

1- Haute plaine

 

****

 

w2

2- Etagne

 

****

 

8

3- Le dégel des linaigrettes

 

****

 

w5

4- Les yeux dans les yeux

 

****

 

w3

5- C’est beau un mâle dans la prairie fleurie

 

****

 

w1

6- Trophée sur pied

 

****

 

W4

7- Que ça fait du bien

 

****

 

W10

8- Un petit coucou au Mont Blanc en passant

 

****

 

 

 


Hotel hors catégorie

 

Que les jours fériés ont du bon!
Mardi, direction là haut où personne ne va, sauf nous  😉
La destination de rêve pour se retrouver loin des sentiers courus de cette période estivale où il est impossible de ne pas croiser du monde dès que l’on sort.
Imaginez un peu le luxe de vivre comme sur une île perdue juste à quelques  pas de chez vous, de poser sa tente, de prendre le temps de vivre, de penser, de regarder sans que personne ne vienne perturber ces instants.
Aucun restaurant au monde ne donnera cette saveur « goût de liberté » que l’on trouve là haut, même lorsque j’oublie de prendre du sel 😉  
Il existe encore des lieux où il n’y a pas d’âmes humaines , où seuls les animaux sont les habitants des lieux.
A la tombée de la nuit, où l’heure se fait plus fraîche, biches, chamois, bouquetins, renards défilent sous vos yeux avant que le ciel allume ses étoiles.
On a tous des richesses. A chacun de nous de savoir où elles se situent…
 
Merci aux sangliers d’avoir retourné la terre pour que l’on puisse poser la tente sur un semblant de coin plat.
 

****

 
1- Hôtel étoilé
 
 

****

 
2- Pano Tite Cabane
 

****

 A la tombée de la nuit.
Pause longue et sans pied, pas le top 😦  mais le plaisir y était.
 
3- Biche et son faon
 
 

****

 
 
4- Couple bouquetins
 
 

****

 
 
5- Tea time
 
 

****

 
 
7- Silence parlant
 
 

****

 
 
 

 


Allez, viens…

                                                                                            
                                                                                          ****

1- Le soleil illumine les autres versants.
    En haut, il sera pour nous, il aime se faire désirer …
 

****

2- Non, pas encore. Juste quelques rayons pour attiser notre désir, comme un clin d’œil de sa part.

****

3- Après deux bonnes heures de montée dans la neige, on sort de la forêt pour se retrouver là…
Soleil, chaleur, grandeur, bonheur.
Je pose les raquettes, les bâtons, et le chien…
Elle n’est pas malheureuse, elle sait. Même si la tentation est grande, pas le droit de jouer avec   les habitants des lieux.

****

4- Approche

****

5- Les pentes de la grande joue. C’est le lieu de rendez-vous, normalement…
 

****

6-Regarde

****

7- Discrétion récompensée

****

8- Et avec le sourire de Mr Bouquetin en prime

****

9- Détente pour le chamois

****

10 – La vie en communauté

****

11- Tourments

****

 
Voilà la sortie de mercredi. Plusieurs heures passées en montagne, pas une seule rencontre humaine…
Je t’emmène pour la prochaine?
Que j’aime cette vie 🙂
 

Un peu plus haut, là bas…

Matin privilège, matin au ciel bleu sans un nuage, mais matin glacial, matin crucial.
Départ pour une petite sortie avec un bon dénivelé, dont plus de la moitié de la montée se fait à l’ombre.
Les pas crissent sur la neige gelée et le rythme se prend, comme un air musical. Briser ce tempo, casserait la mélodie (ou plutôt, gèlerait mes doigts et mes pieds qui ne demandent qu’à être victimes de l’effort pour garder leur chaleur).
Enfin, on pénètre au pays ensoleillé, enfin cette douce chaleur qui fait tant de bien. Je lui concède mon visage un instant pour me laisser baigner par cette caresse si bénéfique.
Nous voilà aux portes de ce que j’appellerai « le paradis ». Pour moi, pas d’espoir sur demain ou après une vie bien remplie, le paradis existe bien sur terre et nul besoin d’en espérer un hypothétique, ailleurs.
Au départ, nous suivions une trace fraîche humaine, mais maintenant, nos pas se mêlent uniquement à ceux des bêtes. Plus de traces humaines…le bonheur.
Vient, après le temps de l’effort, le temps du réconfort. En voici un petit exemple :        
 
1- Serait-ce une malformation!? 3 oreilles pour une seule étagne?
 

****

2- Non. Surprise, nous sommes deux

****

3- Etagne et son jeune

****

4-Portrait

****

5- Le bienfait des avalanches. De l’herbe servie comme sur un plateau
 

****

6- Mâle tranquille. Le rut se termine.

****

7- Ombre

****

8- Gypaète sur une  face du Buet

****

9- Gypaète (non pas dans le ciel, mais face à la neige à l’ombre)
 

****

Une pensée pour toi la minette au pays des knacks et des bretzels, pour que tu vois, qu’ici, rien ne change…

Bouquetins

1- Psychédélique

****

2- Face à face

****

3- Regard

****

4- Port royal

****

5- Mr Ette, houpette et barbichette

****

Retour à la normale, retour dans le monde que j’aime. Se poser, regarder, s’imprégner.


Ballet pour une domination…

1- Amitié?

****

2- Jump?

****

3- Danseurs étoiles?

****

4- Joutes pour une domination.

****

Pas simple la place du mâle dominant. C’est bien d’avoir le choix de se reproduire avec l’étagne de son choix, mais ça se mérite. Les cornes de ces beaux mâles ne servent pas seulement à se gratter le postérieur 😉
Elles servent lors de leurs combats pour établir une supériorité face à l’adversaire afin de garder la place tant convoitée au sein du groupe, celle de dominant. Jeux de cornes, claquements secs caractéristiques et envols pour ces messieurs costauds.
Pas de tout repos de mériter la belle de ses rêves


Le paradis ça me fait bien rire. J’ai bien mieux sur terre…

Une sortie comme j’aime dans un de mes coin préféré, perdu où même les habitants de la commune ne vont pas, mis à part quelques chasseurs. Pas de chemin indiqué sur les cartes « à randonneurs », et tant mieux !
L’endroit est magique et sauvage avec une vue superbe. Normalement en hiver, il n’est pas possible d’y monter, l’endroit est trop exposé. Je tourne à l’avantage ce manque de neige, afin de faire ce que je ne faisais pas les autres hivers.
J’ai envie de garder égoïstement ce lieu « tranquille et solitaire » mais je le partage ici avec vous, en images.


1.

****

 

2. Chamois

****

3. Bouquetins

****

 

4. Le cirque

****

Alors qu’on observait d’assez loin les bouquetins, chamois, gelinottes etc… se trouvait, juste derrière la cabane où nous étions, un bouquetin qui broutait tranquillement. C’est en partant que nous l’avons vu, visiblement nous ne le dérangions pas du tout. Il devait nous observer depuis un moment. Encore une fois, voici la preuve que souvent, on cherche ailleurs ce que l’on a si près de soi…

 

 

5. Mr le bouquetin

****

 

6.

****

 

7.

****

 

8.Le Tenneverge

****

 

9. Alpage de commune