Une façon de partager, tout en pensant : Ce qui te manque, cherche-le dans ce que tu as

Articles tagués “cascade

Quand les heures perdues sont un gain

Une fois de plus, je prends mon sac à dos. J’y glisse mon appareil photo, un livre et une pomme.
Nul besoin d’appeler mon ombre, elle est là et a très bien compris que c’était le moment.
Que j’aime mettre mes chaussures de montagne, celles qui me sortent des chemins habituels, qui me mènent où peu de pas sont passés avant les miens.
Me voilà donc, direction plus haut, pour profiter du soleil radieux et de la douceur du jour, en pensant me trouver un coin perdu pour lire tranquillement au soleil.
C’était ce que je prévoyais mais je n’ai pas sorti mon livre,  j’ai préféré « lire » ce qui m’entourait.
Je suis passée des traces de la forêt aux nuages qui titillent les sommets pour ensuite m’attarder auprès de l’eau qui suivait son infinissable parcours.
Elle passait en s’ébrouant, se lovant contre les rochers régulièrement avant de faire une chute impressionnante.
Savait-elle qu’au moment de la chute, elle allait être la vedette du coin?
Je la regardais passer devant comme un torrent de montagne, chantant et miroitant alors que plus bas, des gens allaient la percevoir comme la reine des cascades.
Tout ce qui m’entourait était tellement intéressant que mon livre n’a pas quitté mon sac. Quant à ma pomme, elle est devenue un fruit savoureux, alors qu’à la maison, elle n’aurait été qu’une simple pomme.
La moindre chose mangée dehors, en pleine nature, quand on prend conscience de la chance de la manger dans des lieux comme ça, devient un mets d’excellence.
Je me suis posée sur les rochers, j’ai pris le temps de ne rien faire (pour certains) ou de vivre (pour moi). Ces instants là sont comme orange vitaminée qui  permettent de faire le plein pour une meilleure défense  contre les attaques du quotidien.
Retour par la forêt avec Louna, toute heureuse de cette balade, qui une fois de plus, fût un moment simple mais terriblement bon 🙂

****

71- Avant la chute d’une reine

****

62-Matières et reflets

****

53- L’or du torrent

****

84- Le temps d’un instant

****

45- Buzzer des bois

****

36- Persistance

****

27- La dernière

****

98- Barrière naturelle

****

Voir, et aimer : les couleurs, les arbres de la forêt, les feuilles tombées – ne va pas de soi. Bien au contraire : « La beauté et la vraie richesse sont toujours (…) bon marché et méprisées », puisque « le paradis pourrait être défini comme l’endroit que les hommes évitent ».

Henry David THOREAU
Couleurs d’automne

Publicités

Bouffée d’air

 

Viens, je t’emmène prendre l’air loin de tout et si près de chez moi.
La veille et le matin, je me suis retrouvée « coincée » à l’intérieur et l’envie d’aller prendre l’air se transformait en besoin.
Il y a le fumeur qui a besoin de sa cigarette après le café et il y a moi qui ai besoin de ma bouffée d’air dès que possible. Et pour ce besoin là, pas de patch, pour aider; la seule chose qui existe pour combler ce manque, c’est de sortir 🙂
Je n’ai eu qu’à préparer mon sac, prendre mon chien et mettre mes chaussures « liberté » et me voila, Louna et moi, au milieu de ce nulle part que j’aime tant, à deux pas de chez moi.
Comment puis-je te décrire l’ambiance pour que tu la perçoives vraiment?
Je dirais le calme, personne, la nature, une lumière particulière douce qui met en valeur les couleurs et les reliefs, le tout avec le son du torrent en musique de fond, avec quelques anciens chalets d’alpage où le temps a fait son oeuvre pour leur donner une âme et les modeler au fil des saisons. Un lieu où tu peux t’arrêter, regarder, penser et voir.
Chacun ses lieux, sa source d’équilibre. Pour l’instant, je t’emmène là où je suis si bien, où je suis moi tout simplement.
 
 

****

 lou
1- Louna : » dis, on y va! »

 

****

 

mi-rouget
2- Encore une histoire d’eau

 

****

 

casc
3- Cascade

****

 

porte du temps
4- Passage dans le temps 

****

 

couleurs du temps
5- Couleurs du temps

 

****

ouverte
6-  être poète, c’est percer une fenêtre quand le mur n’en a pas. (Guénane Cade)
 

 

****

 

torrent filé
7- Le temps d’une pose…

 

 ****

 

 

torrent
8- Entre mousse et pierres

****

 

 

bien
9- Chut, regarde.

 

****

 

 

abstrait

10- Art abstrait  (e)au naturel (le)
 

****

 

pti pont
11- Passage, entre ombre et lumière

 

****

 

louna1
12- A la prochaine

 

****

« Nous sommes ce que nous pensons. Tout ce que nous sommes résulte de nos pensées. Avec nos pensées nous bâtissons notre monde »

Bouddha

 

« En suivant le chemin qui s’appelle plus tard, nous arrivons sur la place qui s’appelle jamais »

Sénèque

 

« Penser est difficile, c’est pourquoi la plupart se font juges » 

 Jung

 

 


De l’autre côté à gauche

****

 
Si je prends le temps de passer ici aujourd’hui, c’est qu’il pleut, sinon, bien évidemment, je ne serai pas ici lors de mes jours de liberté, mais ça, vous savez, vous me connaissez depuis le temps.
Hier, je suis montée faire un tour, là haut, un peu plus à gauche de la pointe.
Je n’ai pas dit, un peu plus à l’ouest, faut pas exagérer 😉
J’ai pensé à plusieurs d’entre vous lors de cette sortie.  Pascale et Andrée sauront en voyant les photos, quant à toi, tu sais aussi 😉
Je passerai vous voir un peu plus tard, mais en ce moment, j’ai des choses à vivre dehors, en haut.
J’en partagerai une partie avec vous bientôt 🙂
 
 

****

 
rivière-devient-cascade
1- Rivière d’Anterne

****

marmotte-1

2- Marmotte

****

marmotte-2

3- Je t’ai vu
 

****

Bonjour, tu veux jouer?

Bonjour, tu veux jouer?

Si je te pousse, tu roules?

Si je te pousse, tu roules?

Et un pti bisou

Et un pti bisou

T'as dit jouer, pas de se faire des bisous!!!!

T’as dit jouer, pas de se faire des bisous!!!!

Ok, on joue alors

Ok, on joue alors

****

rhodos

4- Rhodos
 

****

torrent-d-anterne

5- Future cascade
 
 

****


Grisaille matinale

 
 
Une éclaircie hier dans une matinée très pluvieuse, ça donne ma fille, mon chien à mes côtés et c’est parti pour un petit tour.
Non je n’attache pas ma fille, elle vient avec plaisir quant au chien la question ne se pose pas non plus.
Mon reflex étant parti « se faire une beauté », je n’avais que mon compact dans la poche, histoire d’avoir de quoi faire une photo au cas où.
Cette fois, c’est moi qui ai attendu ma fille qui faisait ses réglages, qui changeait d’angle en s’émerveillant  tandis que moi,  je regardais et j’appuyais en me demandant ce que ça allait donner.
Une pensée pour Célia qui se serait moquée si elle avait été avec nous.
😆 Je sais, « sont tarées avec leur appareil photo »
 

****

entre-deux

1- Matin gris

****

vert

2- Mort

****

eau elect

3- Complètement à la masse
 

****

 
Ail des ours

Ail des ours

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Une poignée pour mettre dans l’omelette ou pour manger avec les tomates
 
 

****

 
 
Lo

Lo

 
 
 
 
  
 
  

🙂

****


Nulle part

 
Deux jours de repos, deux jours avec du soleil. Pas la peine d’en dire plus, tu sais… 😉
Ce que j’aime, c’est que malgré les années à trainer dans le coin, il m’arrive encore de découvrir des passages ou d’aller où je ne vais jamais car trop près d’une destination « basique ». Erreur, car même dans le basique, il y a du secret, du magique.
C’est comme si au coin de ta rue, tu découvrais une ruelle, un passage pour aller dans un jardin intérieur caché de tous que tu n’avais jamais remarqué.
Mardi, c’est ce qui s’est passé, j’ai eu droit à un cadeau.
Je me suis retrouvée au milieu de nulle part où personne ne va, où seules les montagnes te surveillent, t’acceptent. En étant là bas, l’impression d’être une privilégiée domine.
J’ai eu l’impression d’être acceptée dans un lieu caché, un lieu tu.
Les seules traces de vie sont celles des animaux, aucun signe de passage humain, le rêve.
J’ai découvert un autre univers où je retournerai pour approfondir cet échange et pour apprendre à le connaître.
Je le connaissais autrement, là, il m’a accepté au fond, tout au fond de lui.
 
 

****

verte

1- En vert et contre moi

****

gris-gris

2- Gris gris alpin

****

pierre-eau

3- Touche de couleur
 

****

fond-des-fonds

4- Fond des fonds

****

fonte

5- Force

****

f-onds

6- Confinée

****

meringuée

7- Meringuée

****

« Tous peuvent entendre mais seuls les être sensibles comprennent »

« Aujourd’hui n’est que la mémoire d’hier, et demain le rêve d’aujourd’hui »

Khalil Gibran


Encore un peu de patience

 

Merci à ceux qui se demandaient où j’étais passée et désolée de ne pas avoir répondu plus rapidement.
Je dirai simplement que mon absence d’ici était une présence ailleurs 😉
Selon les cas, l’absence est une mise en appétit avec de savourer la présence…
 
Le soleil réapparait, c’est une façon de vivre autrement, d’avoir la possibilité d’aller dans des endroits négligés ces derniers temps à cause de la météo.
Par endroit, la neige encore très présente oblige à renoncer quand on n’a pas envie de dégouliner comme elle en bas des parois. Il faut voir le demi tour est une invitation à y retourner.  Dès que tout sera descendu, je remontrai 😉
Les marmottes seront toujours là.
Je crois que c’est la première fois que je patiente autant.  
 

****   

2              1-  Jeux d’ô

 

****

 

Sans-titre-1

2- Langue chargée

****

 

souche1

3-Persistance ou l’art de ne pas baisser les yeux même diminué
 

 

****

 

Une heure d’ascension dans les montagnes fait d’un gredin et d’un saint deux créatures à peu près semblables. La fatigue est le plus court chemin vers l’égalité, vers la fraternité. Et durant le sommeil s’ajoute la liberté »
Friedrich Nietzsche

 


Transformation d’haut

 
 
 L’eau.
Dans le village, où que l’on soit, elle est présente d’une façon ou d’une autre. Si on ne la voit pas, elle se rappelle à nos oreilles pour être le fond sonore ambiant.
 
 
 
vert-d-eau
1- Vert d’eau
 

****

 
union-des-giffres
2- L’union des giffres
 
 

****

 
le-déchargeux
3-  Caresse d’en haut

****

 
nez-dans-l'herbe
4- Lit  tiges
 
Je sais mon lit de tiges n’a rien à voir avec l’eau, mais je vous assure s’allonger au soleil pour regarder les cascades, ça vaut tous les bons lits du monde 😉 et puis la neige est celle qui va gonfler le torrent.
 
 

****


Je le toucherai du doigt

****

Sans-titre-11- Grisée

****

nid-pour-un-drôle-d'oiseau2-Cachée

****

feuille3- Couleurs

****

soleill4- Je le toucherai

****

w5- Là, dans ce petit village

****

éclatement6- Éclatement, déchirure, respiration?  la vie suit son cours, je choisis le soleil dorénavant !!!

****

On s’habitue à l’ombre, on l’accepte, la supporte
En prenant le moindre rayon comme l’apothéose.
Aujourd’hui ma vie change, je vais passer au soleil.
Je vais découvrir sa chaleur, sa douceur,
Le savourer, le désirer en prenant le coin d’ombre
Comme un simple passage furtif dans une journée.
Tomber dans le noir permet de voir l’importance de la lumière…
 

****

 

Austérité…tant aimée

 
Assise tranquillement au chaud avec les douces effluves chocolatées qui émanent du four, alors que la pluie ne cesse de se déverser, je me penche sur la journée de jeudi.
Journée grise, sombre. A ces mots, vous pourriez penser que je parle d’une journée morne d’un jour d’automne. Erreur!
J’aime ce ciel gris et j’aime par dessus tout me trouver où il prend une intensité encore plus impressionnante, où il se confond avec la roche, où le ciel a l’air écrasant, presque oppressant. Pour moi, c’est le temps idéal pour me retrouver entourée, coincée dans ce qui pourrait être un bout de monde où nul n’ira s’y perdre.
J’ai profité de ce temps repoussant pour me régaler dans un lieu humainement vide, empli de trésors.
J’ai partagé l’instant avec Laurine et je peux vous assurer que nous étions toutes les deux dans le même état d’esprit, heureuses…
 
 

****

1- Richesse dorée
 

****

 
 
 
2- Vallée
 
 

****

 
 
3- Herbes
 

****

 
 
4-Souffle
 
 

****

 
5-Forteresse
 
 

****

 
 
6- Petit pont
 
 

****

 
 
7- Eau
 
 

****

Automne malade
 
Automne malade et adoré
Tu mourras quand l’ouragan soufflera dans les roseraies
Quand il aura neigé
Dans les vergers
Pauvre automne
Meurs en blancheur et en richesse
De neige et de fruits mûrs
Au fond du ciel
Des éperviers planent
Sur les nixes nicettes aux cheveux verts et naines
Qui n’ont jamais aimé
Aux lisières lointaines
Les cerfs ont bramé
Et que j’aime ô saison que j’aime tes rumeurs
Les fruits tombants sans qu’on les cueille
Le vent et la forêt qui pleurent
Toutes leurs larmes en automne feuille à feuille
Les feuilles
Qu’on foule
Un train
Qui roule
La vie
S’écoule
 
Guillaume Apollinaire, Alcools, 1913
 

La pluie rime aussi avec vie

L’autre jour, je vous présentais celle que j’appelais « la larme sur la joux ».
Aujourd’hui, je vous la montre sous un autre aspect. Quelques jours seulement séparent les photos et surtout énormément de pluie.  Quand je vous disais qu’elle était forgée par la météo, en voici un exemple.
J’ai eu du mal à garder l’objectif au sec et je vous laisse imaginer le vacarme qui va avec ces photos.
Ça brasse, j’adore.

1- Chemin faisant, chemin glissant

****

 
2- Déchaînée
 
 
 

****

 
 
 
3- Brumisateur
 
 
 

****

 
 
 
4- Simplicité

****