Une façon de partager, tout en pensant : Ce qui te manque, cherche-le dans ce que tu as

Articles tagués “coucher de soleil

Au lit le soleil!

 
 Escapade dans « ses montagnes »  pour voir le soleil se coucher sur « les miennes ».
Monter l’après-midi alors qu’il fait bien beau, que le ciel est bleu dans l’espoir d’assister à l’instant intime où la nuit et le jour s’unissent.
Le changement d’heure de ce jour est une aubaine, nous aurons droit au spectacle une heure plus tôt.
Il faut bien qu’il y ait des avantages 😉 et moi j’en vois plein.
On a le soir plus tôt pour les couchers de soleil, on peut dormir plus tard si on veut assister à son réveil, on se lève aussi plus tard pour aller voir les « bêtes » le matin, donc, que du bon.
Si nous étions au passage de l’heure d’été, je vous dirai aussi que j’adore car il y a plein d’autres avantages. J’argumente pour rien, car toutes les situations me conviennent ou plutôt je trouve toujours du  plaisir à m’adapter à elles 😉
 

****

 
 
 
piquets1- Mise au piquet

****

chaine mb2-Chercher chez moi de chez lui

****

échange3- Partages photographiques
 

****

mb flouy
4- Voile du soir

****

soleil5- Coucher de feu

****

toit6- Chut, le jour s’endort

****

C’est vivre un instant privilégié que de voir le ciel s’embraser au moment où la terre va avaler le soleil.
Instant qui existe depuis la nuit des temps mais qui malgré son vieil âge est toujours aussi magique.
Pourquoi? Je ne saurais dire pourquoi une telle beauté me touche aussi profondément, pourquoi un acte d’une évidente banalité peut-il ainsi me ravir?
Peut-être est-ce simplement parce que je lui donne une importance, que je lui voue un respect ou parce que je remercie la vie de m’avoir donnée une nouvelle journée à vivre.
Lorsque je vis cet instant seule, je pense à ceux que j’aime qui sont loin ou un peu moins,  qui ne sont pas à mes côtés pour s’éblouir devant le spectacle. Je me sens inondée par une vague d’amour, de bien être, voire d’un sentiment que je n’arrive pas à définir comme l’envie de partager cet instant bien qu’il me rende heureuse même dans la solitude.
Là, le coucher de soleil je ne l’ai pas vécu seule. Lo et Lui m’accompagnaient. Nous étions trois à être touchés par la grâce de l’instant, chacun à sa façon.
Le coucher fut une belle chose, mais la descente dans la nuit  fut une toute aussi belle.
Marcher de nuit, c’est utiliser ses sens autrement. C’est exercer ses yeux à voir ce qu’ils ne s’imaginent pas être capable de discerner, c’est écouter d’une façon plus perceptible les sons, c’est avancer en totale confiance dans un monde sombre et j’adore ça.
 
 

****

 

Au fil des arêtes vers l’intimité du soleil

Mardi.
Je veux voir le soleil se coucher. Chose simple, évidente et quotidienne pour beaucoup, chose moins abordable pour moi, ici.
Pourquoi? Parce qu’ici le soleil paraît comme un astre pudique qui ne se couche jamais devant nous. Jamais on ne le voit rougir de plaisir, embraser le ciel avant qu’il ne touche l’horizon.
Il arrive que l’on aperçoive au loin, entre deux monts, le ciel prendre une légère couleur comme s’il rosissait devant ce qu’il voyait, mais c’est tout. Pas d’explosion colorée.
Dans le village, le soleil ne se couche pas, il se cache, nous faisant passer à l’ombre bien avant l’arrivée de la nuit. En hiver, en plein milieu de l’après-midi, il se sauve parfois très rapidement derrière la montagne, nous obligeant à presser le pas si l’on veut sentir sa chaleur encore un peu avant que la morsure du froid prenne sa place.
Ce n’est pas une chose désagréable, c’est comme ça, ça fait partie du jeu.
Donc mardi, j’ai eu envie de le voir se coucher, de le voir iriser le ciel, d’assister à ces couleurs passionnelles que l’union du jour et la nuit peuvent prendre lorsque le soleil est présent.
Pour ça, il faut que je m’élève, que j’aille au sommet de ces montagnes qui nous entourent. Barrières étouffantes selon les regards ou remparts majestueux selon les autres.
Inutile que je te dise comment je les vois, depuis le temps tu sais combien je peux les aimer et les trouver belles 😉 
Mardi, je suis donc partie faire un tour chez nos voisins, où leurs montagnes se joignent aux nôtres, où deux territoires ne font qu’un pour celui qui ne regarde que le plaisir de la nature sans penser à une délimitation territoriale.
Louna (toujours) et moi avons passé l’après-midi sur le fil des arêtes, bande de terre ou rocheuse entre deux mondes bien différents. D’un côté le monde accueillant pour celui qui veut skier sur des pistes noires de monde et de l’autre, le monde de la liberté où seuls ceux qui recherchent le calme, la nature sans remontées, ni structures, font l’effort d’ aller. Là encore, je ne te dis pas où je vais l’hiver, quel est mon terrain de jeu,  ça va de soi 😉
Chacun son monde, je comprends très bien qu’il y ait des adeptes de celui que je ne fréquente pas. Là encore, tout est histoire de goûts, de besoins et de façon d’être.
L’après-midi s’est passé en n’emmenant doucement vers la fin du jour. Balade où je n’ai croisé que 3 personnes qui allaient à l’opposé de moi, ce qui est le rêve pour moi.
Tu m’imagines dans le métro, aux galeries Lafayette un jour de soldes ou même un jour normal?  😆
 
 
 
 
 

****

 

pano lac
1- Après-midi nuageux. Soir de feu?

 

****

 

pano2
2- No man’s land

 

****

 

herbes d'or
3-Sous le regard du Mont Blanc

 

****

 

ombre
4- « Je » d’ombre

 

****

 

Sans titre-2
5- Relation timide

 

****

 

coucher sur le mt blanc
6- Le Mont-Blanc rosit

 

****

coucher sur le Jura
7- Passion ou regard sur un autre horizon

 

****

 

derrière le môle
9- Ciel rayonnant

 

****

 

nuit
10- Nuit

 

****


Basculement

1- Chaleur, douceur, lumière

****

2-Recherche illuminée

****

3- L’intime instant

****

 15h30,
Instant éloigné du soir
Pourtant, l’heure de lui dire au-revoir,
L’astre ardent tire sa révérence.
Dernières lueurs généreuses avant de changer d’ambiance.
Le soleil va briller pour ceux du plat pays
Laissant les autres entrer à petits pas dans la nuit
Et quelqu’une boire un chocolat chaud
Au bon goût de là haut…