Une façon de partager, tout en pensant : Ce qui te manque, cherche-le dans ce que tu as

Articles tagués “détente

L’écume de l’herbe

C’est certain, il ne s’agit pas d’aujourd’hui mais de mercredi dernier. Contraste énorme d’une semaine à l’autre. Aujourd’hui le champ est une immense vague blanche et mouillée, ce qui pourrait être logique pour une vague mais j’avoue préférer la vague blanche, sèche, qui ondule sous les caresses du vent en libérant de bonnes effluves.
En attendant le retour du soleil, je me retrouve ici à pianoter sur mon clavier tout en scrutant l’évolution du temps à travers la fenêtre. Les sommets sont cachés par les nuages qui dessinent une parfaite ligne droite gommant tout ce qui existe au-dessus d’elle.
Je patiente encore et lorsque viendra l’instant où la météo n’aura plus d’importance face à mon envie de sortir, je me chausserai, me couvrirai pour aller lui rendre visite. Rendre visite à qui? à dehors bien sûr.
S’il pleut encore, je sentirai sur ma capuche les clapotis des gouttes qui atténueront tous les autres sons me plongeant dans un univers à part, mes mains seront bien au fond de mes poches et j’avancerai tranquille en me disant que j’aurai dû sortir bien avant, sans  attendre que la pluie cesse  parce qu’ici, à cet instant, je suis bien laissant mon esprit s’envoler ailleurs, là bas un peu plus loin…
Zut, je me suis si bien raconté ce que ça allait être, que je vais me sauver maintenant, je ne vais pas attendre, repoussant une chose agréable, alors je me sauve me promener malgré la pluie 🙂
 
 

****

champ fleuri1- Dans le blanc du vert
 
 
 

****

 

envol des mots2-Invitation à se poser
 
 
 

****

 

Sans titre-13- Prendre la vague
 
 
 

****

 

rhingie champêtre4- Rhingie champêtre
 
 
 

****

 

cahier5-  A ciel ouvert
 
 
 

****


T’as fait quoi mercredi après-midi?

Rien!

Ce mercredi après-midi fut sous le signe de l’oisiveté. Et oui, et il faut savoir modérer et adapter son jugement sur l’oisiveté selon les situations.
Elle est vue comme une chose néfaste, « mère de tous les vices » et bien, je dis non, pas toujours.
Il y a des stressés très actifs, des gens qui ne savent pas se poser qui devraient « s’obliger » à quelques heures au calme, se dire « je ne fais rien ».
Ok, ce n’est pas mon cas, je ne suis pas une stressée mais il m’arrive de ne « rien faire » parfois. Pas de vélo, pas de montagne, pas courir, même pas les courses!
J’ai choisi comme canapé le champ d’à côté, comme programme à la télé, la nature face à moi. J’ai zappé un peu, j’ai regardé le torrent, je suis retournée dans le canapé face à la montagne, les fesses dans l’herbe. Comme musique, le son d’un petit ruisseau près du  » canapé. Je vous passe les vols de-ci, de-là etc.
Voilà mon après-midi oisif. J’aime, mais si  au lieu de dire oisif, je disais prendre le temps de savourer la vie?
Tout de suite ça donne une meilleure image.
Qu’importe le terme employé, j’avais le derrière dans l’herbe,  le nez en l’air, et ça, c’est du bonheur 🙂

****

3

1 – Du canapé herbeux
 
 
 

****

 
 
 
 

5

2- Un petit zapping vers le sentier tout proche
 
 
 
 

****

2
3- Petit coup d’œil à gauche avec une  pose longue qui  transforme le torrent boueux après l’orage, en crème.

****

6
4- Lumière tamisée
 
 
 
 

*****

 
 
 
 
4
5- Mouvement final
 
 

****

« L’oisiveté est, dit-on, la mère de tous les vices, mais l’excès de travail est le père de toutes les soumissions. »

 

Petite philosophie à l’usage des non-philosophes


Je n’avais pas le choix

Pourquoi je me suis levée un dimanche matin encore plus tôt que pour aller bosser?
Pour ça…
Pour profiter du matin, du calme, de ce que seul un matin peut offrir. Pour le plaisir de me fatiguer, de savourer, de respirer. Pour faire le « ménage » en moi, pour être bien.
Pour sentir l’odeur des sapins, pour m’arrêter, écouter et respirer à fond, le tout, sous les caresses du soleil.
Je ne pouvais pas rester au lit en sachant ce qui m’attendait ailleurs.
 
Je pense que ça doit être une des dernière fois que je colle mes peaux car la neige est encore abondante, mais à la descente, en bas, il faudrait des palmes,  ou alors, c’est de nuit qu’il me faudra y aller 😉
Tentant…
 
 
 

****

indiscrétion

1- Découvres moi

****

yes
2- Douce heure

****

ombre-matinale

3- Soleil matinal

****

Sans-titre-1

4- Ombre

**************************************

 
Ayant laissé mes jambes là haut, une chose s’imposait l’après-midi, savourer la vie autrement, tranquillement…

fonte

5- Fonte

****

tesson

6- Une autre bouffée de vie
 
 
 

****

C’est ce qui manque qui donne la raison d’être… Lao-Tseu
 
 

Mots d’elle

1- Poussière de couleurs

Ma cantine, ou une pause tranquille entre midi et deux.
Au menu ?
Un lac parsemé de nénuphars
Des cygnes jouant des ailes contre les canards sous les huées des poules d’eau
Des arbres variés s’alliant aux champs de blé
Une herbe tendre et parfumée, saupoudrée par l’air des sommets avoisinants
Tout cela sous un ciel bleu, vaste espace d’ailes libres et de vols en tous genres
Pas simple de laisser mon esprit suivre les mots sur la page, il s’évade sans cesse…

Certains vont quitter leur quotidien en se plongeant dans un livre et se fermer à ce qui les entoure pour s’évader, moi, combien de fois je m’évade du livre pour voyager dans mon quotidien.