Une façon de partager, tout en pensant : Ce qui te manque, cherche-le dans ce que tu as

Articles tagués “eluard

Une journée comme une autre

C’était un mercredi mi-février, un jour ensoleillé, un de plus qu’il m’a été permis de savourer parmi tant d’autres.
A chaque fois, je leur donne une importance particulière. En ne banalisant pas ces jours, ces balades, ces moments de calme, de vie, ils deviennent jours extraordinaires.
La journée commune devient une belle journée.
J’aime partager ces moments là, mais je ne suis pas toujours deux pour les partager.
La vie m’offre des moments de solitude. Je dis « m’offre » car en aucun cas je n’ai envie de les voir comme si elle m’imposait ces moments là. D’ailleurs, elle ne me les impose pas, elle met à ma disposition des moments à vivre rien que pour moi. A moi d’en disposer comme il me sied.
Je les vis pleinement et les pensées qui sont miennes sont belles et joyeuses car je vis ce moment en sachant, que là bas, quelqu’un m’accompagne, quelqu’un sourit en pensant que je suis bien à déambuler dans cette immensité blanche et que la prochaine fois ce quelqu’un sera là, avec moi, pour partager toutes ces petites choses qui croiseront nos chemins.
A toi qui passes ici, ces petites choses, je t’en offre un échantillon. Un échantillon de rien, un échantillon de tout… A toi de l’apprécier, de le comprendre et de t’en faire une porte pour t’évader le temps d’un passage ici. Prends soin de ces petits riens, ils te le rendront bien 🙂

****

nb1- Sérénité

 

****

 

bois2- La mort lui va si bien

 

****

 

93- Silence et contemplation

 

****

 

14- Continuité

 

****

 

85- Avec le temps vient…

 

****

 

26- Parce que là bas au fond… ❤

 

****

 

78- Couleurs du temps (naturelle)

 

****

Elle est debout sur mes paupières
Et ses cheveux sont dans les miens,
Elle a la forme de mes mains,
Elle a la couleur de mes yeux,
Elle s’engloutit dans mon ombre
Comme une pierre sur le ciel.

Elle a toujours les yeux ouverts
Et ne me laisse pas dormir.
Ses rêves en pleine lumière
Font s’évaporer les soleils,
Me font rire, pleurer et rire,
Parler sans avoir rien à dire.

Paul Éluard


Un bouquet de petits riens pour fleurir le jour

Il y a quelque temps, j’avais prévu une journée en haut, avec eux, à observer, à savourer. Levée avec le jour, j’ai pris le chemin des hauteurs, accompagnée par les nuages. Je voyais bien qu’ils devenaient vraiment noirs, menaçants, mais l’envie d’en haut faisait taire une certaine évidence. Moins d’une heure après, l’évidence est devenue réalité et une belle averse orageuse est venue me faire un gros clin d’oeil. Je me suis interrogée sur la décision à prendre et finalement j’ai fait demi tour. Je n’avais pas vraiment envie de monter pendant trois heures et devoir rebrousser chemin une fois en haut dans les nuages.
Je me suis même gentiment moquée de moi en imaginant la tête que j’aurais pu faire en étant déçue de ne pas continuer, et bien, ça ne m’a pas touchée, je me suis mise à sourire en me disant que je n’allais pas gâcher un instant précieux en n’étant pas contente.
J’ai commencé à redescendre en réfléchissant (non ce n’est pas un lapsus) à ce que je pourrais faire avec un temps capricieux. Je n’ai eu que le l’embarras du choix et finalement j’optais pour une balade dans un petit coin de forêt perdu, pas trop éloigné si le temps devenait trop négatif.
 
 

****

Un matin, se faufiler entre les parois et perdre la notion du ciel et de la terre 
 
entre deux

****

Devoir lever la tête bien haut pour voir leur cime
 
forêt
 
 
 

****

 
 
Croiser un champignon borgne qui fait la tête

borgne

 

****

 

Voir combien certains luttent pour vivre à tout prix

vie

 

 ****

Se sentir épiée par une buse qui tourne si bien la tête

buse

 

****

 

Croiser une orchidée céphalanthère rouge au milieu des bois morts

orchis céphalanthère rge

 

 ****

En rentrant, tomber sur le coquelicot qui pousse si bien ailleurs et si peu ici
 désat   carré
 
 

 2

****

 
Voilà c’était un bouquet de ces petits riens qui font beaucoup.
Il arrive que ces petits riens, une fois que l’on ne les voient plus fleurir, soient ceux qui creusent un grand vide.
S’ils savent creuser, ils savent aussi emplir. Je suis faite de grands beaucoup entourés de petits riens et je m’évertue chaque jour à les regarder fleurir.
J’aime ces petits riens qui s’ajoutent au grand tout qui est en moi.

 

****

 En prime un peu d’Eluard car j’aime le lire et le relire tout comme Aragon, Néruda et cie

Certitude

Si je te parle c’est pour mieux t’entendre
Si je t’entends je suis sûr de te comprendre
Si tu souris c’est pour mieux m’envahir
Si tu souris je vois le monde entier
Si je t’étreins c’est pour me continuer
Si nous vivons tout sera à plaisir
Si je te quitte nous nous souviendrons
En te quittant nous nous retrouverons.
Paul Eluard