Une façon de partager, tout en pensant : Ce qui te manque, cherche-le dans ce que tu as

Articles tagués “lecture

En « L »attendant…

 
1- Douce saveur
 
 

****

 
 
2- Anax empereur
 
 

****

 
 
3-  Anax équeté par mon manque de maîtrise.
Je n’arrive jamais à les avoir en vol alors tant pis s’il lui manque un bout de queue (qui existe bien),  je la poste quand même ici.
Pour une fois que je suis plus rapide qu’elle 😉
Habituellement j’ai souvent l’arrière sans l’avant.
Un instant, j’ai regardé autour de moi, voir si j’étais seule car je me suis rendue compte combien je devais être ridicule à suivre les libellules avec mon appareil.
J’étais bien seule, mais au fond je sais bien que le ridicule ne tue pas, j’en suis la preuve vivante depuis longtemps 😆
 
 

****

 
 
 
C’était hier, un jour ensoleillé entre une veille pluvieuse et un lendemain tout autant arrosé.
C’était un instant entre deux moments.
Un instant précieux où l’on se laisse envahir par la vie.
Le soleil comme ange gardien et le paysage comme couverture.
Je me suis posée, dans l’espoir de lire en attendant le moment où mon téléphone me rappellerait à l’ordre.
J’ai tenté de me plonger  » Dans les forêts de Sibérie » mais mon environnement revenait sans cesse à la surface.
Les jeux des canards, le battement d’ailes des libellules, une brise de vent chaud, un nuage devant la chaine de montagne ou le simple plaisir de regarder.
Je n’arrivais pas à rester au fond de ce livre, la réalité était trop tentante.
Je retiendrai quand même quelques mots qui me correspondent bien :
 » Je préfère les natures humaines qui ressemblent aux lacs gelés à celles qui ressemblent aux marais.
Les premiers sont durs et froids en surface mais profonds, tourmentés et vivants en dessous.
Les seconds sont doux et spongieux d’apparence mais leur fond est inerte et imperméable.
Sylvain Tesson  « Dans les forêts de Sibérie »
 
 

****


A ciel ouvert

L’autre jour,  j’ai posté une ancienne photo de « ma » bibliothèque. 
Aujourd’hui, je vous en poste une récente.
La douceur s’installe, la neige fond à vue d’œil, ça sent le printemps.
Que vous dire sur le lieu? C’est un lieu à ciel ouvert, où la lecture demande assiduité si l’on veut ne s’en tenir qu’à cette seule activité.
Il m’est impossible de ne pas m’échapper du livre dans un tel endroit.
On se voit extirper du livre brutalement par le bruit imposant d’une chute de blocs de glace qui rebondit sur les reliefs pour enfin s’écraser au sol, par le cri d’un rapace qui attise l’oreille puis le regard pour pouvoir suivre son vol majestueux un laps de temps, ou par une sensation de présence derrière soi, avec un souvenir de biches, qui incite à scruter le bois.
Ce ne sont que quelques raisons, car il y en a bien d’autres, c’est pourquoi, hier, je n’ai même pas ouvert mon livre, qui ne valait pas le spectacle ambiant.
 

1- Assiduité
 

2- Forte fréquentation
Vous imaginez ce que je vis quand je me retrouve sur une plage en plein été !?
N’imaginez pas, c’est une fiction, car je ne peux pas aller coller ma serviette où ça grouille de monde.
Tant mieux, ça donne une place de plus pour quelqu’un d’autre 😉
 

3- Commodités
Le mot pour sourire, car j’imagine mal le côté commode de la chose. On ne peut pas tout avoir.
A choisir entre des toilettes de bibliothèque classique et ceux-là, mon choix est vite fait. Je prends ceux-là, je laisse la pelle à neige où elle est et je vais derrière l’arbre 🙂
 

4- Rassurant
C’est ce que je ressens ici, j’ai mes repères, mes projets, et même si mon regard bute sur la montagne, ce n’est pas réducteur, je sais voir plus loin…