Une façon de partager, tout en pensant : Ce qui te manque, cherche-le dans ce que tu as

Articles tagués “pensées

Ambiance verte

 
Midi, je ferme le magasin et en route pour deux heures de détente, de pensées, de lecture ou d’émerveillement.
Une pause où je m’évade totalement. J’essaye de rentrer dans mon livre mais à chaque instant mon regard quitte les pages pour lire le livre réel qui m’entoure ou simplement mon esprit s’évade en allant se poser ailleurs. J’avoue qu’il revient toujours enchanté de ses errances , c’est pourquoi je le laisse,  j’irais même jusqu’à l’encourager à divaguer.
Il me serait idiot de le retenir puisqu’il revient heureux et me laisse ensuite baigner dans une douce euphorie.
Parfois je me demande comment les pensées peuvent donner autant de légèreté et de force pour s’élever par delà les obstacles. Je n’insiste pas énormément non plus dans la quête à comprendre ça, je savoure, c’est déjà bien.
Il m’arrive de sourire en pensant à la définition d’un simple d’esprit. On lui attribue un terme péjoratif, moi j’aime ce terme, je le vois d’une autre façon.
Je vois une personne qui n’a pas l’esprit torturé par la convoitise, qui est heureuse et désire en faire profiter les autres simplement. Simplement, le mot clé!
On vit dans un monde où beaucoup pensent qu’il est bon de faire compliqué au lieu de faire simple ou que la simplicité est l’euphémisme d’un manque de culture.
Moi j’aime être un esprit simple et je ne m’en sens pas diminuée pour autant 😉
 

****

ponton

1- Ponton à lecture ou à errances

 

****

 

pie2- Au piquet

 

****

 

 

petit lac3- Le petit lac

 

****

 

mère fille

4- Mère fille

 

****

 

abeille5- Vol dans les fleurs aux merveilles

 

****

 

coeur

6- En cœur

 

****

 

cane

7- Une belle

 

****

 
 
 «Vivre tous simplement pour que tous puissent simplement vivre. » Gandhi
 
« Nos vies sont gaspillées par les détails ; simplifiez, simplifiez. » — Henry David Thoreau (1817–1862)

 

 

 


Bain de boue pour mes chaussures

  

Jeudi 5 juin, j’ai eu la chance d’avoir une journée de repos supplémentaire. Je crois qu’il n’est pas besoin de vous dire ce que j’en ai fait. Une fois de plus, je me suis levée pour voir mon sac et mes chaussures qui m’attendaient alors que Louna allait rester à la maison puisque j’avais décidé de monter en réserve.
Ce que j’adore dans ces matins là, c’est d’arriver au départ du chemin et n’y trouver aucune voiture ni trace de quiconque; ça c’est du bonheur.
La montée peut commencer sereinement. Prise dans le rythme de la montée, seules mes pensées m’accompagnent, autant dire que je ne suis pas seule  😉  bien entendu,il y a les oiseaux, les sons, les odeurs matinales et le paysage qui m’entourent.
A la bifurcation, je découvre que je ne serai plus seule là haut, le chemin est sculpté par les traces des moutons et avec la pluie de ces derniers jours, ils ont du avoir droit à un magistral bain de boue, tout comme mes chaussures ce jour là. Le sentier était un parcours du combattant.
Tous les ans à cette période le berger transhume avec ses moutons pour y passer l’été.
Le refuge n’étant pas encore ouvert en début de mois, cela lui donne  un moment de répit avant la saison où les randonneurs pulluleront de toutes part, ce qui aura le don de le hérisser. Il y a pire que moi dans le mode sauvage 😉
Je passerai une bonne heure à parler avec lui, à découvrir qu’il était les yeux de la montagne alors que personne ne le voit. Méfiez-vous, si vous croyez être « seule au milieu de nulle part », ça ne marche pas forcément dans ce coin là 😉 la montagne a des yeux…
 
 

 ****

 

montée
1- Montée matinale
 

****

 

le buet endormi
2- Le Buet endormi
 

****

 

village
3- « mon » chez moi

 

****

 

marmotte
4- Marmotte
 

 

****

 

 
guet
5- Guetteuse  
 

****

 

7- Dame marmotte l’avait vu avant moi 😉
 
 

****

 

 
fiz
8- Les Fiz
 

****

 
 pensées
9- Pensées sauvages
 
 

****

« En nous établissant dans l’instant présent, nous pouvons voir toutes les beautés et les merveilles qui nous entourent. Nous pouvons être heureux simplement en étant conscients de ce qui est sous nos yeux »   Tich Nhat Hanh