Une façon de partager, tout en pensant : Ce qui te manque, cherche-le dans ce que tu as

Articles tagués “porte

Bouffée d’air

 

Viens, je t’emmène prendre l’air loin de tout et si près de chez moi.
La veille et le matin, je me suis retrouvée « coincée » à l’intérieur et l’envie d’aller prendre l’air se transformait en besoin.
Il y a le fumeur qui a besoin de sa cigarette après le café et il y a moi qui ai besoin de ma bouffée d’air dès que possible. Et pour ce besoin là, pas de patch, pour aider; la seule chose qui existe pour combler ce manque, c’est de sortir 🙂
Je n’ai eu qu’à préparer mon sac, prendre mon chien et mettre mes chaussures « liberté » et me voila, Louna et moi, au milieu de ce nulle part que j’aime tant, à deux pas de chez moi.
Comment puis-je te décrire l’ambiance pour que tu la perçoives vraiment?
Je dirais le calme, personne, la nature, une lumière particulière douce qui met en valeur les couleurs et les reliefs, le tout avec le son du torrent en musique de fond, avec quelques anciens chalets d’alpage où le temps a fait son oeuvre pour leur donner une âme et les modeler au fil des saisons. Un lieu où tu peux t’arrêter, regarder, penser et voir.
Chacun ses lieux, sa source d’équilibre. Pour l’instant, je t’emmène là où je suis si bien, où je suis moi tout simplement.
 
 

****

 lou
1- Louna : » dis, on y va! »

 

****

 

mi-rouget
2- Encore une histoire d’eau

 

****

 

casc
3- Cascade

****

 

porte du temps
4- Passage dans le temps 

****

 

couleurs du temps
5- Couleurs du temps

 

****

ouverte
6-  être poète, c’est percer une fenêtre quand le mur n’en a pas. (Guénane Cade)
 

 

****

 

torrent filé
7- Le temps d’une pose…

 

 ****

 

 

torrent
8- Entre mousse et pierres

****

 

 

bien
9- Chut, regarde.

 

****

 

 

abstrait

10- Art abstrait  (e)au naturel (le)
 

****

 

pti pont
11- Passage, entre ombre et lumière

 

****

 

louna1
12- A la prochaine

 

****

« Nous sommes ce que nous pensons. Tout ce que nous sommes résulte de nos pensées. Avec nos pensées nous bâtissons notre monde »

Bouddha

 

« En suivant le chemin qui s’appelle plus tard, nous arrivons sur la place qui s’appelle jamais »

Sénèque

 

« Penser est difficile, c’est pourquoi la plupart se font juges » 

 Jung

 

 


Les murs du temps

 
Inutile de dire qu’à l’intérieur il y a un poêle en fonte, que le soir, les biches papotent sur le pas de la porte.
Comment je le sais?
😉   J’ai regardé à l’intérieur, et les biches ont laissé des signes de leurs passages.
 
portew1- L’une ou l’autre

****

Sans-titre-12- Ne pas la voir comme une barrière, mais comme une ouverture probable
 

****

fenêtre-en-dentelle3- Fenêtre séductrice, fenêtre dentelée
 

****

Les vraies merveilles ne coûtent pas un centime

Ici commence la liberté.
La liberté de bien se conduire.

Voici l’espace, voici l’air pur, voici le silence,
Le royaume des aurores intactes et des bêtes naïves.
Tout ce qui vous manque dans les villes,
est ici préservé pour votre joie.

Enterrez vos soucis et emmenez vos boites de conserves.
Les papiers gras sont les cartes de visite des mufles.

Ouvrez vos yeux et vos oreilles fermez vos transistors.
Pas de bruit de moteur inutile, pas de klaxons.

Écoutez les musiques de la montagne.

Récoltez de beaux souvenirs, mais ne cueillez pas les fleurs.
N’arrachez surtout pas les plantes : il pousserait des pierres.
Ne mutilez pas les fleurs, marchez sur les sentiers.

Il faut beaucoup de brins d’herbe pour tisser un homme.

Oiseaux, chevreuils, lapins, chamois,
Et tout ce petit peuple de poil et de plume
ont désormais besoin de votre amitié pour survivre.
Déclarez la paix aux animaux timides.
Ne les troublez pas dans leurs affaires
L’ennemi des bêtes est l’ennemi de la vie.

Afin que les printemps futurs réjouissent encore vos enfants !

Samivel poète et randonneur


Rides et couleurs du temps

 

 
 
Vous y verrez peut-être une vieille bâtisse délabrée, une ruine, ou une misère à détruire.
Moi, j’y vois tout autre chose. J’y vois le travail d’antan, la trace des saisons, des années. J’y vois un lieu où le superflu est absent, où chaque chose a une utilité, une place.
J’y vois un endroit où les rapports humains sont primordiaux, où il fait bon se réunir autour du poêle à bois, où les repas se partagent, où les soirées s’éternisent.
J’y vois la simplicité, la rusticité mais surtout l’intensité des relations.
Un jour le bois y fut lisse, clair, avec une odeur fruitée. Aujourd’hui, il est rugueux, strié, marqué par les années et ses attaques. Son odeur est presque acide, sa teinte varie du noir au vert selon les expositions.
Je dirai simplement que le bois respire les années..
 
 
 
 
 
1- Porte à clé

 

****

 

2- Brut

 

****

 

3- Vert à bois

 

****

4- Si elle pouvait raconter

 

****

5- Rides

 

****