Une façon de partager, tout en pensant : Ce qui te manque, cherche-le dans ce que tu as

Articles tagués “soleil

Cool heure ou torrent chic

 

Se laisser guider par l’attraction qu’exerce le soleil. Oublier, le temps d’un instant, l’ombre et les endroits pailletés de givre et de glace.
Après la journée de la veille grise et enneigée, le soleil était là, dans un ciel bleu, offrant sa chaleur et les couleurs qui l’accompagnent. Les tons de gris avaient laissé place aux couleurs vives et plus chaleureuses. A se demander, si les couleurs ont une double personnalité, voire plusieurs, qui apparaissent en fonction de la météo.

Je parle des couleurs, mais combien d’humains sont mal lunés lorsque le temps est gris? Chose qui pourrait être atténuée s’ils prenaient le temps de voir ce que l’on ne voit pas lorsqu’il fait beau.
Quoi par exemple? Les feuilles, dans mon article précédent, qui ne sont pas si colorées, ni mises en avant lorsque la nature est sous les rayons du soleil. Quand le temps est gris, celui que beaucoup appellent triste, la moindre couleur prend une importance folle et tout ce qui ne se remarque à peine en temps clair, devient la star des journées grises. C’est simple et évident pourtant.
Ce jour là, la question ne se posait pas, une multitude de couleurs s’épanouissait. J’étais censée aller à la boulangerie, mais j’ai laissé ça au profit d’un petit tour au bord du torrent. La douceur du moment était comme une invitation à la flânerie, à la pause contemplative, chose dans laquelle je suis plutôt excellente. Non pas que je passe mon temps à rien faire, non, mais j’aime contempler.
Certains doivent se dire que je « baille aux corneilles », que « j’ai la tête dans les nuages »… peut-être, si regarder l’oiseau, la lune, l’eau ou une mouche voler porte ce nom, alors c’est ce que je dois faire, mais combien cela est enrichissant et intéressant.
L’esprit simple a accès à ce que l’esprit très complexe n’accède pas.
Une fois de plus, je me sens riche 🙂 donc au lieu d’avoir du pain, j’ai eu droit à ça :

****

3

1- Moire aquatique à fils dorés

 

****

5

2- Très or

 

 

****

 

1

3- Trouble     (j’aurais pu mettre photo floue 😉 )

 

****

4

4- Lamée or et argent

 

****

 

2

5- Siège d’un moment … si on a des chaussures étanches

 

****

 

 

6

6- A croire qu’il ne fait pas si chaud que ça.

 

****

 

8

7- Quand la montagne se fait butoir à Lune

 

****

 

9

8– Pour dire que le ciel n’est pas uni

 

****

Je sens que toutes les étoiles palpitent en moi. Le monde jaillit dans ma vie comme une eau courante. Les fleurs s’épanouiront dans mon être. Tout le printemps des paysages et des rivières monte comme un encens dans mon coeur, et le souffle de toutes choses chante en mes pensées comme une flûte.

L’offrande lyrique de Rabindranath Tagore


Un peu plus près du ciel avec les bouquetins

 
On va faire une petite balade au-dessus de chez moi. Si on regarde bien la dernière photo, je vis juste sous la mer de nuages, au niveau du rivage 😉  pas besoin de tuba, des poumons et une paire de jambes suffisent.
Soirée et nuit au refuge pour profiter du lever du jour. Réveil dans le ciel immaculé alors qu’en bas tout le monde est sous les nuages sans s’imaginer qu’au-dessus de cette masse grise et compacte, certains attendent le soleil en contemplant la beauté moutonnée qui forme une mer hors norme attirante et belle.
On pense souvent aux couchers de soleil qui colorent le ciel, mais les matins ont aussi une belle palette de couleurs à offrir.
Après un bon pti déjeuner et l’arrivée du soleil, direction plus haut pour aller dire bonjour aux bouquetins qui vivent tranquilles, mangeant bien avant les tourments de l’hiver et l’euphorie du rut qui commencera fin novembre.
 
Ces instants là sont beaux mais lorsqu’ils sont partagés, ils le sont doublement 🙂
 

****

grenaironWB1- Panorama au-dessus du refuge. Panorama qui rend les hommes petits.

 

****

 

reveil à gr wb2- Lever du jour en douceur au-dessus de la mer de nuages

 

****

 

bouquetinWB3- Bouquetin

 

****

 

bqtwb4- Dans la douceur de vivre, avant l’hiver.

 

****

 

dedoswb5- Tranquillité

 

****

 

 

 

jeux de mâleswb
6- L’art d’être un mâle
 

****

 

merwb7- Toujours se rappeler que le ciel est bleu par-delà les nuages
 

**** 

 

lever du jour à grenairon WB

8- Vue sur la mer et ses rivages
 

****

 
 

« La joie est en tout; il faut savoir l’extraire .  

Confucius

 

 « Le bonheur est la seule chose qui se double si on le partage»

Schweitzer

Matin cool heure

 
Je sais, c’est du déjà vu ici. Normal, c’est le chemin qui me mène au boulot et dont j’ai déjà publié les petits bonheurs qu’il m’apporte au fil des jours. Hier matin, à la vue de cette lumière, de ce soleil, j’ai eu envie de passer par la route qui me plaît tellement, bien qu’elle me rallonge de quelques kilomètres. Au point où j’en suis, je ne suis plus à 5 kms près.
Je me suis retrouvée dans une belle ambiance qui donnait envie de changer de chaussures, de garer la voiture et de partir à travers champs. J’ai garé la voiture, je me suis arrêtée en gardant mes chaussures de « ville ».
J’ai pris le temps d’inspirer bien fort cet environnement. Là, la magie a opéré instantanément. Quand on inspire une odeur mentholée, une vague de fraîcheur envahie nos bronches; ici,  il s’agissait d’une vague de bonheur.
J’adore cette sensation qui rend particulièrement bien, qui minimise toutes les choses négatives, qui gomme les griffes acérées qui pourraient nous compresser le ventre. Une sensation qui me rend si légère que j’ai l’impression que rien ne peut me tenir clouée au sol. Je serais bien restée encore mais j’étais sur la route du boulot donc… au boulot 😉
C’était mon petit bonheur matinal, un petit plus à savourer comme ça pour le plaisir, pour se dire que la vie a vraiment de bons côtés.

 

****

 

virage

1- Sur la route

 

****

 

route 2

2- Couleurs matinales

****

 

MB

3- En vie

 

****

 

couleurs

4- Ne pas chercher le pourquoi de cette photo, le côté « compo », il n’y en a pas. C’est juste de la couleur en pleine face 🙂
 
 

****

Pablo Neruda 

Il meurt lentement
celui qui ne voyage pas,
celui qui ne lit pas,
celui qui n’écoute pas de musique,
celui qui ne sait pas trouver
grâce à ses yeux.
Il meurt lentement
celui qui détruit son amour-propre,
celui qui ne se laisse jamais aider.
Il meurt lentement
celui qui devient esclave de l’habitude
refaisant tous les jours les mêmes chemins,
celui qui ne change jamais de repère,
ne se risque jamais à changer la couleur
de ses vêtements
ou qui ne parle jamais à un inconnu
Il meurt lentement
celui qui évite la passion
et son tourbillon d’émotions
celles qui redonnent la lumière dans les yeux
et réparent les coeurs blessés
Il meurt lentement
celui qui ne change pas de cap
lorsqu’il est malheureux
au travail ou en amour,
celui qui ne prend pas de risques
pour réaliser ses rêves,
celui qui, pas une seule fois dans sa vie,
n’a fui les conseils sensés.
Vis maintenant!
Risque-toi aujourd’hui!
Agis tout de suite!
Ne te laisse pas mourir lentement!
Ne te prive pas d’être heureux!

****

 

 


Après la pluie (la neige), le beau temps…

****

Un samedi maussade au travail, une envie d’évasion et la perspective d’un jour meilleur, ça donne un sac préparé le soir en attendant le dimanche matin avec impatience.
Un réveil en beauté avec un ciel bleu, dégagé et la promesse d’une belle sortie.
Nul besoin de dire à Louna de m’accompagner, elle avait compris avec le sac prêt vers la porte.
Nous voilà parties toutes les deux.
Rien à dire de plus, la logique s’installe. L’oubli de tout, la saveur de l’instant, l’effort de la montée,  le bienfait de passer de l’ombre au soleil et le bonheur de se laisser envahir par l’ambiance.
Nul poids de la solitude là haut, bien au contraire. Sentir une onde interne forte et envahissante lorsque posée j’admire ces sommets si familiers mais constamment différents.
Me voilà où je me sens si vivante et où je suis si bien…
 

****

les crépines

1- Les crêpines

****

pure

2- Pureté d’un lieu

****

louna

3- Louna, le Buet

****

grenier face aux fiz

4- La grange face aux Fiz

****

GRE
5- Instant bonheur

****

 

 » Le bonheur ne se trouve pas au sommet de la montagne, mais dans la façon de la gravir » (Confucius)
 
 
 
 » Le bonheur est la seule chose qui se double si on le partage » (Albert Schweitzer)
 
 

****

 
 

Une touche colorée

 
Je viens de publier « jour gris, jour de pluie », mais j’ai du mal à rester sur une note sans soleil en ce moment, alors j’ajoute vite ces photos de lundi dernier.
Une de lundi matin sur le chemin du travail et les deux autres lors de ma pause déjeuner dans les bois.
Le matin, je sortais du brouillard et le soleil faisait la même percée que moi.
Le midi, pause de rêve 🙂
 
 

****

 
1
1- Percée
 
 
 

****

 
 
 
 
1 (4)
2- Avec les grands dénudés 
 
 

****

 NEIGE
3- Lac gelé
 
 
 

****

 
 
 
 

Comme dans un coffre à bijoux

Je suis au travail, une envie de soleil et d’éclat vient de m’atteindre. Je repense à cette lumière l’autre jour, à sa couleur dorée, à l’effet qu’elle faisait. J’ai eu l’impression de me trouver au milieu d’un coffre aux trésors plein d’or.
L’autre côté était à l’ombre, j’étais dans la lumière (ça fait très spirituel ça  😉 )
En pensant à cet instant, j’ai recherché une autre photo, une qui me faisait penser aux pendentifs, ceux que la nature crée avec tant de goût.
J’ai dû retourner jusqu’au mois de novembre car depuis, la nature a posé ses brillants, elle fond sous la douceur du climat et n’a pas revêtu une seule fois ces bijoux là.
Approche, soulève le couvercle du coffre et regarde…
 

****

2 (2)

1- L’or  
 

****

1 (3)

2- Breloques natures
 
 
 
 

****


C’était hier…

 

Je t’offre un rayon de soleil.
Hier, il était là, s’offrant à nous.  Aujourd’hui il est retourné pudiquement au-dessus des nuages alors que nous sommes sous la pluie, brassés par le vent. 
Un jour avec, un jour sans 😉
Ces journées ensoleillées avec la neige n’ont rien à envier à celles d’été.
Les couleurs y sont franches, le soleil fait un bien fou. Je pense même que les journées ensoleillées de l’été sont plus « banales » que celles de l’hiver.
L’hiver triste? non, ce n’est pas l’hiver qui peut être triste, c’est le regard que l’on peut porter sur lui.

 

****

 

1 (2)

1-Soleil

 

****

 

2 (4)

2- Nuages

 

****


Et hop, une petite dose de soleil

  

Mercredi ciel bleu, soleil et ombre.
Quand on vit entouré de montagnes, que le ciel est bleu, on ne pense qu’à une chose :
« Où est le soleil » ?
Les montagnes si hautes et le soleil si bas en cette saison nous transforment en pions en perpétuelle recherche de l’endroit ensoleillé.
Passer de l’ombre au soleil est une douce caresse, l’inverse une morsure.  Les jours où il ne fait pas beau, on ne se pose pas la question, on peut aller partout, mais quand le soleil est là, il est trop difficile de renoncer à son bienfait.
Mercredi, ce fut donc une sortie à la conquête du soleil.
 
 

****

 

3

1- Dans un petit coin allumé

 

****

 

 

4

2- Encore et toujours si imposant

 

****

 

1 (2)

3- Qui regarde qui? 

****

 

Les vraies richesses de la vie, ce sont toujours les mêmes et elles sont gratuites : l’air, l’eau, la lumière, le silence et la liberté.
Sénèque
 

****


Le goût des choses

 

 

****

Soleil, neige (pas trop), chaleur, amitié, espace et liberté. Ca résume bien mardi.
Je ne sais pas si tu connais le goût d’un bout de pain et de fromage, d’un cake et d’un thé parfumé à partager sur la terrasse d’un petit chalet face aux montagnes, après avoir eu chaud à grimper avec une copine, sans personne d’autre autour de toi?
Tu ne connais pas ce goût?! C’est un goût particulier, un goût que tu ne trouveras nulle-part ailleurs.
Il transforme la saveur,  la banalité de ce que tu manges en un repas hors norme.
Là, tu te dis que quelque part, quelqu’un mange des mêts délicats et subtils et que cette personne n’a pas le plaisir que ton simple sandwich  peut te procurer et il te vient à l’esprit que même si l’on te proposait d’échanger ta place ou ton repas contre celui de cette autre personne, celà ne t’apporterait rien de plus, bien au contraire.
C’est à ce moment que s’échappe un soupir de bien aise, celui qui te dit  » je suis bien » et qui t’inonde de cette sensation  « d’instant bonheur ».
Le rabat-joie pourra dire que l’on peut toujours être mieux, avoir plus, mais pourquoi attendre plus alors que l’on peut être parfaitement bien avec ce que l’on a à l’instant présent.
A force d’en vouloir toujours plus, on aurait tendance à oublier d’aimer ce que l’on a.
J’ai peut-être moins que toi, ou que toi là-bas, mais ce que j’ai, je le savoure à fond et j’adore ça.
😆 c’est comme quand on fait un gâteau, c’est toujours meilleur quand on lèche le fond du plat sans en laisser une seule trace. Non ce n’est pas de la gourmandise, c’est l’art d’aimer tout 😉

 

****

1

1-Cônes d’épicéa

****

4

2- Bois aux couleurs du temps

****

2

3- Chaud

****

3

4- C’est où? Là bas, derrière le tas de bois…

 

****

 

4

5- Mes « Louboutin » version cîmes au soleil
 

 

****

Peu de temps pour me balader sur le net en ce moment. Il fait beau, donc je suis dehors mes jours de repos et la grosse saison commence au boulot. Je ne vous oublie pas 😉

 

****


Mon week-end du milieu de semaine

 

****

 
Mercredi matin, un petit tour pour « prendre l’air ». La petite dose minimum qui fait que l’on est bien, qui fait que les choses roulent facilement. Je n’ai pas décroché les raquettes de mon sac à dos car la neige tombée la semaine dernière, disparaît vitesse grand V sur les versants ensoleillés, ce qui est dommage car dans les coins d’ombres, elle reste poudreuse et légère, faite pour le plaisir de la glisse.
Avec ou sans neige, le soleil était là pour chauffer le serpolet et lui laisser dégager ses effluves qui se mélaient à celle de la sève des sapins, de quoi donner envie de faire une pause dans l’herbe afin de savourer l’instant présent, celui qui mérite que l’on s’arrête afin de lui donner toute l’importance qui est la sienne.
Imagine un peu, personne dans les environs, le calme, le soleil et la bonne odeur.
Tout ça bien emmagasiné et me revoilà sur le chemin de la maison où un autre instant m’attendait 😉
 
 

****

2

1- Fonte en pente

****

3

2- Une part d’ombre
Rien d’extraordinaire, mais ce mur me plaisait …
Je mets ce qui me plaît, sans chercher à mettre ce qui peut plaire. Je partage ce que je suis et non ce que l’on voudrait que je sois 😉
 
 

****

 

Mardi, en redescendant, juste avant que le soleil ne se couche,  les arbres nus avaient revêtu leur tenue de soirée.
 

1

3- Parure en or
 
L’or, je le trouve ailleurs. Qu’il se pose à mon doigt, remplisse mon coeur, souligne mon oreille, c’est ailleurs que je le savoure. A chaque balade, regard, sensation, je le trouve, encore plus beau que celui qui peut luire à ma main 
 

 

****

LE COEUR PUR
Il se contentait d’être
Heureux sans le paraître.
Et, se moquant des grands,
Il vivait comme un gueux,
Fuyait les gens sérieux
Et la gloire et l’argent.
On l’aurait volontiers
Arrêté, enfermé.
Mais quel homme au coeur pur
Ne traverse les murs
 
DÉFIER LE DESTIN
 
 

****

 

Zen bien ce coin

 
Une petite série matinale, toujours sur le même chemin qui me mène au travail.
J’ai du mal à ne pas m’y arrêter car j’aime vraiment cet endroit.
J’aime la sensation qu’il m’apporte. Je quitte la maison encore endormie (la maison, pas moi 😉 )  pour me perdre dans ces lieux là où je trouve les sentiments de liberté, de plénitude, avant d’aller m’enfermer pour la journée.
C’est ma prise de conscience du moment présent. S’arrêter sur ce genre d’instant au lieu de donner de l’importance à ceux qui sont pesants, lourds et envahissants, c’est écraser le négatif et élever le positif 🙂
Je vais oublier cette route pendant une semaine, vacances obligent.
Non non, je ne m’en plains pas, bien au contraire 😉
 

****

1

1- Pudeur matinale

****

2

2- Sous le voile

****

route

3- Reprendre la route

****

« En te levant le matin, rappelle-toi combien précieux est le privilège de vivre, de respirer, d’être heureux »
Marc Aurèle
 
 

Sur ma route

 
 
 
Hier matin, j’ai quitté le ciel dégagé pour m’enfoncer dans le brouillard de la vallée en allant travailler.
Entre deux zones, situé entre celle du ciel bleu et celle du ciel de ouate, le brouillard devient bleu avant de s’évaporer. J’aime beaucoup cette zone de transition, elle ne dure que quelques instants. La prochaine fois je tenterai de m’y arrêter si j’en ai la possibilité, mais hier, elle était juste où l’arrêt est impossible. Elle doit se mériter cette atmosphère 😉
Une fois passée, au lieu de continuer mon trajet quotidien, j’ai bifurqué sur une petite route, pour monter un peu, pour voir et j’ai bien vu!
Je me suis retrouvée près du petit lac où la brume courait sur sa surface, où les clarines des vaches tintaient comme pour saluer le soleil, comme au milieu d’une palette aux couleurs chaudes.
J’ai pris une bouffée de cette ambiance si agréable et suis retournée sur la bonne route, celle du devoir (ça fait très sérieux ça 😉  ).
C’était peu, juste un instant, mais ça fait un bien fou, ça donne le sourire pour la journée. Dix minutes d’instant magique peuvent se déliter positivement tout au long de la journée.
Je vous en donne une petite portion visuelle.

 

****

 

w1

1- Brume

****

 

w2

2- Palette

 

****

 

w3

3- Réflexion matinale

 

****

« Il ne faut pas de tout pour faire un monde, il faut du bonheur et rien d’autre »
Paul Eluard
 
 
****

Prise d’air

 

 ****

J’imagine qu’il  y a un moment que les crocus sont fleuris ou fanés chez vous.
Ici, ils pointent leur bout de nez sur les versants sud.
Mercredi, ils se gorgeaient de soleil et de chaleur, aujourd’hui, ils sont sous une nouvelle couche de neige!
 

croq-us

1- Crocus ou invitation à la sorcellerie.
Une « ancienne » m’a expliquée vaguement que sa grand-mère faisait des potions avec eux. Je vous passerai  les détails de ses « pouvoirs »  mais, parmi divers effets, sa décoction est remplacée aujourd’hui par des prothèses mamaires en silicone  😆  et il y encore plus fort !!! 
Quand on pense que certains font des études poussées alors qu’un crocus fait des miracles   😉
J’adore ces histoires qui donnent l’impression de sortir directement d’un vieux grimoire.
 

****

 

têtes-d'épingles

2- Pics verts
 

****

 

eau

3- Fonte ou en route vers la Méditérrannée
 
 

*****

 

louna

4-  Silence! je zen!
 

****


Je n’avais pas le choix

Pourquoi je me suis levée un dimanche matin encore plus tôt que pour aller bosser?
Pour ça…
Pour profiter du matin, du calme, de ce que seul un matin peut offrir. Pour le plaisir de me fatiguer, de savourer, de respirer. Pour faire le « ménage » en moi, pour être bien.
Pour sentir l’odeur des sapins, pour m’arrêter, écouter et respirer à fond, le tout, sous les caresses du soleil.
Je ne pouvais pas rester au lit en sachant ce qui m’attendait ailleurs.
 
Je pense que ça doit être une des dernière fois que je colle mes peaux car la neige est encore abondante, mais à la descente, en bas, il faudrait des palmes,  ou alors, c’est de nuit qu’il me faudra y aller 😉
Tentant…
 
 
 

****

indiscrétion

1- Découvres moi

****

yes
2- Douce heure

****

ombre-matinale

3- Soleil matinal

****

Sans-titre-1

4- Ombre

**************************************

 
Ayant laissé mes jambes là haut, une chose s’imposait l’après-midi, savourer la vie autrement, tranquillement…

fonte

5- Fonte

****

tesson

6- Une autre bouffée de vie
 
 
 

****

C’est ce qui manque qui donne la raison d’être… Lao-Tseu
 
 

Le luxe d’un début de printemps

 
Il est des choses dont on ne peut se passer, qui ont une place toute aussi importante que la moindre cellule qui nous constitue. Ce qui suit est comme une de mes cellules. Enlevez-moi la faculté d’aller là bas ou ailleurs,  empêchez-moi de me fatiguer et je débloquerai.
😉 il y en a qui savent à quel point c’est vrai…
Mon chien, mon sac à dos et me voilà partie où je pense ne croiser personne… oui ça aussi, ça va avec les cellules.
J’ai un boulot que j’adore, en contact avec les gens, mais ensuite, c’est autre chose,  je fuis la foule.
Je préfère ne croiser personne où simplement, ne croiser que ceux qui sont dans le même esprit que moi.
Plus que tout, j’aime partager cet instant avec ceux qui savent, qui aiment, qui respectent.
Avec ceux qui sont heureux d’être là, avec moi.
Aujourd’hui,  c’était avec mon chien 😉
Direction au-dessus du village où je n’ai croisé personne.
Le luxe

****

calme1- Calme

****

barrière2- Barrière

****

du-sapin3- Du sapin

****

par-le-boulevard4- Par le grand boulevard 

****

de-bleu5- Plus que tout

****

soleil-mécanique6- Retour à la civilisation, SOLEIL MECANIQUE

****

Une petite dose de Thoreau
 
« En tuant le temps on blesse l’éternité.  »
« La santé se mesure à l’amour du matin et du printemps.  »
« Il faut être perdu, il faut avoir perdu le monde, pour se trouver soi même.  »
« Le poème de la création ne s’arrête jamais; mais rares sont les oreilles capables de le  capter.  »


Quand je joue avec une gosse de ma rue

 

Beau temps, soleil et neige peuvent se résumer à : « J’en profite encore et encore ».
C’est fou cette vie, entre le boulot et la liberté*, je n’ai plus le temps de rien faire 😉
Ceux qui passent régulièrement ici reconnaîtront le terrain de jeux, car j’aime bien le fréquenter. Il est varié et offre tous les niveaux de jeux pour que chacun y trouve de quoi se faire plaisir.
Hier, c’était sortie ski de rando avec une copine, donc entre l’effort, le bavardage, la descente et le délire, je n’ai pas trop pris de photos 😉
Je vous en mets deux quand même pour que vous puissiez voir où les nanas à spatules s’amusent dans le coin quand elles sont de repos*.
Inutile de vous dire que j’attends dimanche pour remettre ça ailleurs.
 
 
Liberté :  situation où les contraintes sont posées à l’opposé d’où je me trouve
Repos  : période payée pour se fatiguer
 
 

****

Jeu1- Encore mon terrain de jeux

****

wglaçon

2- On the rocks
 
 

****

« Le bonheur, c’est le plaisir sans remords »
  Socrate
 
 
 » Non s’efforcer vers le plaisir, mais trouver son plaisir dans l’effort même, c’est le secret du bonheur »
  André Gide
 
 

****

 

Dimanche Bleu

Sans-titre-11-C’est là bas derrière que ça se passe…

****

sapinw2- En vert

****

pays-des-marmottes3- Il est des passages réservés à la bonne saison ou déconseillés en hiver.
  Ce sont ceux qui me tentent le plus. Viendra le moment où…
(C’est mieux ainsi n’est-ce pas Anne? 😉 )
 

****

wjoue4- Sur la joue

****

 
 
w5- Retour à la civilisation 😉

****

Une petite intrusion dans mon monde bleu, dans mon monde en couleurs. Depuis quelques temps, elles me manquaient, j’avais besoin de ce ciel bleu.
Intrusion n’est pas le bon terme, c’est plutôt une invitation.
 
Je quitte un monde pour en retrouver un autre.
Je me retrouve face à ma réalité. Avancer comme ça, c’est une façon d’ouvrir la voie aux vérités, d’enlever le superflu. C’est là que la sélection du pour et du contre se fait où le nettoyage s’opère.
Pas de réflexion, juste une sélection naturelle.
 
 

****


Par le Mont

indécence-bleue1- Indécence bleue
 
 

****

 
home-sweet2- Home sweet home ou nichoir à la montagne à louer
 

****

la-dernière3- Tout semblait si calme…

****

extinction-du-jour4- Avant d’éteindre le jour

****

«  Tout est changement, non pour ne plus être mais pour devenir ce qui n’est pas encore. »

 Epictète

 

Je le toucherai du doigt

****

Sans-titre-11- Grisée

****

nid-pour-un-drôle-d'oiseau2-Cachée

****

feuille3- Couleurs

****

soleill4- Je le toucherai

****

w5- Là, dans ce petit village

****

éclatement6- Éclatement, déchirure, respiration?  la vie suit son cours, je choisis le soleil dorénavant !!!

****

On s’habitue à l’ombre, on l’accepte, la supporte
En prenant le moindre rayon comme l’apothéose.
Aujourd’hui ma vie change, je vais passer au soleil.
Je vais découvrir sa chaleur, sa douceur,
Le savourer, le désirer en prenant le coin d’ombre
Comme un simple passage furtif dans une journée.
Tomber dans le noir permet de voir l’importance de la lumière…
 

****

 

Et le vent pousse les nuages…

Quand le vent est là, il est bon de le voir comme un allié.
Aujourd’hui, je me suis dit qu’il était là pour balayer les nuages, mais qu’il est difficile de penser ça lorsqu’il les envoie cacher le soleil et que la température descend.
A ce moment là, je remets une épaisseur et j’attends qu’il veuille bien souffler encore pour dégager Mr Soleil.
Dans un sens, je me suis retrouvée à jouer au milieu d’une partie de cache-cache avec le soleil, les nuages et le vent.
Merci à eux 🙂
 
 
soleil  1-Le chalet d’isabel
 
 

****

Sans-titre-12- Jeu d’ombres
 

****

indiscrétionw3- Indiscrétion
 

****

bleuwgris4- Bleu gris
 
 

****

Avec le retour de ce ciel bleu, ça me fait penser à une chose que l’on m’a faite découvrir. Le net n’a pas que du mauvais, il crée des rencontres, des partages et même si certaines ne sont que par le biais de mots, elles peuvent être bien plus importante qu’une rencontre « en chair et en os ».
Merci JF pour ces mots bleus:
 

UNE HISTOIRE DE BLEU

 Jean Michel Maulpoix

Le bleu ne fait pas de bruit.
C’est une couleur timide, sans arrière-pensée, présage ni projet, qui ne se jette pas brusquement sur le regard comme le jaune ou le rouge, mais qui l’attire à soi, l’apprivoise peu à peu, le laisse venir sans le presser, de sorte qu’en elle il s’enfonce et se noie sans se rendre compte de rien.
Le bleu est une couleur propice à la disparition.
Une couleur où mourir, une couleur qui délivre, la couleur même de l’âme après qu’elle s’est déshabillée du corps, après qu’a giclé tout le sang et que se sont vidés les viscères, les poches de toutes sortes, déménageant une fois pour toutes le mobilier de nos pensées.
Indéfiniment, le bleu s’évade.
Ce n’est pas, à vrai dire, une couleur.  Plutôt une tonalité, un climat, une résonance spéciale de l’air.  Un empilement de clarté, une teinte qui naît du vide ajouté au vide, aussi changeante et transparente dans la tête de l’homme que dans les cieux.
L’air que nous respirons, l’apparence de vide sur laquelle remuent nos figures, l’espace que nous traversons n’est rien d’autre que ce bleu terrestre, invisible tant il est proche et fait corps avec nous, habillant nos gestes et nos voix.  Présent jusque dans la chambre,tous volets tirés et toutes lampes éteintes, insensible vêtement de notre vie
 Tout ce bleu n’est pas de même encre.
 

****


Passage de la lumière à l’ombre

 

Mercredi, chez certains c’est le jour des enfants, chez moi, c’est mon jour 🙂
Une pensée pour ceux qui sont sous les nuages, ici, le ciel est bleu tant que le soleil arrive à passer par dessus les montagnes. Chose très difficile actuellement, mais bientôt, il va prendre de la hauteur et tout s’illuminera pour un bon moment pour des journées plus en douceur.

 

 

wbleu

1- Bleu

****

 

talons-caches

2- Talons cachés, féminité relative, mais, pieds sur terre, tête en l’air valent mieux que tête à terre et pieds en l’air 😆

****

Pointe-de-sales-w3- Au-revoir le soleil
 

****

w-rayon

4- Dernier rayon, 14h

****

louna-w5- Louna
 

****


A la maison, côté sombre

 
Ce matin, pas d’obligation particulière, juste la liberté de faire ce que j’ai envie.
Je me laisse guider par l’envie et non la raison et c’est à l’ombre que je me retrouve, au côté froid.
J’avais oublié combien la poudreuse en masse, si légère et volatile habituellement, devient un piège pour les jambes.
La joie d’écrire la neige, de fouler un sol vierge où seule la faune est passée avant moi, vaut bien le petit effort qui réchauffe en ce coin sombre.

****

w 1-Le soleil existe encore

****

wbrai

2-  Source de vie

****

Piquets-w

3- Non! ce sont les piquets des parcs à vache 😉

****

fruitierw

4- Fruitiers d’hiver
 

****

tea time

5- Petit plus aux saveurs russe et fruitée.
     Pas de la vodka, mais un bon thé 😉
 

****

Panorama-brairet-w

6- fraîche heure
 

*****

Voilà un petit extrait de ma matinée. Une prochaine fois, je t’emmènerai là haut, sur la pointe de gauche, au soleil ☼
Je serai heureuse de t’y emmener d’une façon ou d’une autre 😉
 
 

*****


Une heure

 

1- Reflets matinaux
 
 

****

 
 
2- Bon’heure
 
 

****

 
 
3- Tapis rouge
 
 

****

 
Samedi matin, c’était un matin avec une heure à vivre avant de commencer le boulot. Une heure à vivre sonne mieux qu’une heure à tuer, non?
Je me suis demandée si j’allais tranquillement me faire un café au magasin ou si j’allais faire un petit tour de lac.
Je n’ai pas hésité longtemps, je me suis laissée tenter par les rayons du soleil qui m’appelaient.
Je vous laisse imaginer l’air légèrement frais, l’herbe perlée de gouttes de rosée, les reflets sur le lac calme et le soleil caressant.
Ce fut un moment simple, mais bon, entre ombre et lumière.
Ce que j’aime dans ces matins là, c’est sentir cette douce chaleur solaire m’inonder, chassant doucement la fraîcheur matinale. Une façon de se sentir pleine d’énergie.
Cette heure,  c’était un petit rien qui est devenu un petit plus avant d’aller travailler.
 
Une pensée pour Anne avec les rayons de soleil.
http://annejutras.wordpress.com/2012/10/17/comment-creer-un-effet-etoile/
Bouhhhh pour moi, je n’ai pas corrigé l’expo, j’ai juste pensé au soleil 😉
 

****

 

J’ai retrouvé « mon » ponton

1-  LE Ponton

****

2- Plumes végétales

****

3- Explosion verte

****

4- Lac du Môle
 
Tout au fond, où l’on ne voit rien, au creux du V, où l’on devrait voir une chaîne de montagnes enneigées (derrière le bouquet  d’arbres), c’est chez moi  🙂

 

****

Enfin une apparition du soleil !
Je travaille, mais ce midi, direction le petit lac pour ma pause déjeuner.
Je n’ai pas pris mon déjeuner, mais mon livre et mon appareil photo.
Encore une fois, je n’ai pas lu, j’ai « baillé » aux corneilles. Tant à voir, à écouter, à sentir.
Bon pour sentir, je vous laisse imaginer la bonne odeur de l’herbe et je vous fais grâce de celle de la vase afin de ne pas casser l’ambiance.
Soit je me suis habituée, soit l’odeur a disparu par la suite; donc on oublie ce détail 😉
J’espère que le beau temps va durer et que ça me permettra de m’échapper du boulot, comme j’aime tant entre midi et deux.
A suivre…