Une façon de partager, tout en pensant : Ce qui te manque, cherche-le dans ce que tu as

Articles tagués “Solitude

La Combe ou solitude d’un jour

Pluie du soir, doux son sur la tôle du toit,  fenêtre grande ouverte pour laisser la fraîcheur s’inviter à mes côtés dans la nuit et pour que le jour soit mon réveil; situation d’un soir lorsque le lendemain matin s’annonce beau.
Me voilà mieux réveillée que le jour et le ciel est uni sans un seul nuage pour motif.
Plus besoin de dire, d’expliquer quel va être mon occupation de la journée, à force vous savez.
Chaussures, sac à dos et me voilà sur le chemin qui, je dois l’avouer, m’enquiquine un peu la première partie; celle qui mène au refuge.
Je ne fais qu’une bouchée de cette mise en jambe en attendant de savourer la suite une fois que j’aurai quitté le « pédichemin » que tout le monde prendra dans la journée.
Voilà, j’y suis, j’ai bifurqué.
Je réduis mon allure, je prends le temps de voir, d’écouter, de sentir et aussi de regarder où je pose les pieds.
L’endroit est sauvage. Le sentier se fraye un chemin dans les ravins pour continuer au milieu du végétal.
L’endroit est étrange car le sentier commence par le minéral d’une beauté agressive, pour ensuite se perdre dans une végétation de fougères, abondante, qui deviendra une prairie plus haut avant de terminer dans le domaine minéral le plus brut qui soit.
J’aime ces inversions naturelles.
Cet endroit est vrai; il me fait penser à un ancien au visage rude que le soleil a tanné au fils des ans, mais avec un regard tendre.
Ce jour là, je n’aurai croisé qu’un Mr Stabillo. Tu ne connais pas Mr Stabillo?
C’est un Mr avec un tee-shirt de la même couleur qu’un surligneur. Aucune moquerie dans ce terme, car je trouve ça joli si l’on veut être vu (chose utile en montagne quand on randonne). Moi, je préfère que les bêtes me repèrent moins, mais je dis ça surtout en pensant à la belle compagnie qu’il m’est donnée d’avoir parfois, celle d’une luciole 😉

(oui, oui, je sais, je sais…  et la luciole saura).
Revenons au sujet, tout ça pour dire que j’aurai passé encore un moment en pleine nature pour ainsi dire en solitaire, ponctué de flore, de chamois, de bouquetins et d’instants qui sont magiques à mes yeux.
« Solitaire », le rêve actuellement alors que tous les chemins sont noirs de monde.
Ma réalité ce jour là.
Je rentrerai heureuse où de nouvelles envies m’auront atteinte en revoyant une tite cabane de plus 😉

 

31-Ça commence souvent ainsi

****

22-Discussion au sommet

****

13- Sentier faisant

****

64-Lumière

****

55-Désir de soleil

****

46-Sentier toujours

****

77-Moment savoureux

****

128- Au loin, là bas…

****

119- Cabane à nuits magiques

****

1010- Respiration, bonheur

****

911- Volonté de vie, volontaire notre Terre

****

Panorama sans titre112-

****

Tristesse en regardant la bande nuageuse du fond, (photo 8 ou pano 12), ce ne sont pas des nuages, mais la pollution au-dessus de Genève et de ses alentours.

Publicités

Une journée comme une autre

C’était un mercredi mi-février, un jour ensoleillé, un de plus qu’il m’a été permis de savourer parmi tant d’autres.
A chaque fois, je leur donne une importance particulière. En ne banalisant pas ces jours, ces balades, ces moments de calme, de vie, ils deviennent jours extraordinaires.
La journée commune devient une belle journée.
J’aime partager ces moments là, mais je ne suis pas toujours deux pour les partager.
La vie m’offre des moments de solitude. Je dis « m’offre » car en aucun cas je n’ai envie de les voir comme si elle m’imposait ces moments là. D’ailleurs, elle ne me les impose pas, elle met à ma disposition des moments à vivre rien que pour moi. A moi d’en disposer comme il me sied.
Je les vis pleinement et les pensées qui sont miennes sont belles et joyeuses car je vis ce moment en sachant, que là bas, quelqu’un m’accompagne, quelqu’un sourit en pensant que je suis bien à déambuler dans cette immensité blanche et que la prochaine fois ce quelqu’un sera là, avec moi, pour partager toutes ces petites choses qui croiseront nos chemins.
A toi qui passes ici, ces petites choses, je t’en offre un échantillon. Un échantillon de rien, un échantillon de tout… A toi de l’apprécier, de le comprendre et de t’en faire une porte pour t’évader le temps d’un passage ici. Prends soin de ces petits riens, ils te le rendront bien 🙂

****

nb1- Sérénité

 

****

 

bois2- La mort lui va si bien

 

****

 

93- Silence et contemplation

 

****

 

14- Continuité

 

****

 

85- Avec le temps vient…

 

****

 

26- Parce que là bas au fond… ❤

 

****

 

78- Couleurs du temps (naturelle)

 

****

Elle est debout sur mes paupières
Et ses cheveux sont dans les miens,
Elle a la forme de mes mains,
Elle a la couleur de mes yeux,
Elle s’engloutit dans mon ombre
Comme une pierre sur le ciel.

Elle a toujours les yeux ouverts
Et ne me laisse pas dormir.
Ses rêves en pleine lumière
Font s’évaporer les soleils,
Me font rire, pleurer et rire,
Parler sans avoir rien à dire.

Paul Éluard


Solitude

****

Petite, seule dans un monde retiré.
Force ou résignation?
Désir ou soumission?
Fatalité ou défi?
Y trouver le bon côté
Ne pas cesser de lutter
Du gris passer au bleu
 

1

1- Elle
 

****

 


Sous une couverture nuageuse

Voila, je reprends le chemin du travail aujourd’hui après 15 jours de liberté. Je ne sais pas pourquoi je dis liberté, puisque j’ai, malgré le boulot, toujours l’impression d’être libre. Peut-être est-ce un état d’esprit qui donne cette sensation  ou alors c’est parce que je reprends aujourd’hui pour être de repos mardi mercredi? 
Oui, je sais, la vie n’a pas l’air difficile pour moi, mais rappelez-vous qu’il ne faut pas se fier aux apparences.
Donc vacances pour moi terminées et très peu de photos à vous proposer.
Pourquoi?  😆 Parce qu’en vacances, je n’ai pas trop le temps d’en prendre ou pas forcément envie d’en prendre.
Je dois fonctionner à l’inverse de tous.
Donc en voici quelques unes lors d’un sortie VTT où le vent essayait de dominer la partie.
L’avantage (ou le gros inconvénient là-bas) c’est que lorsque le vent souffle si fort, même sur le plat, on a l’impression de faire du dénivelé 😉
 
 

1- Sérénité

****

2- Tranquillité
 

****

3- Calme
 

****

4- Résistance
 
 

****

5- Phare de la Gacholle
 

****

 
6- Plumes au vent ou strates dans une verrine de tiramisu (couche de spéculos, mascarpone, café etc…)
 

****

 

Comme vous voyez, j’ai pu retrouver, lors de cette balade, ce que je recherche partout… PERSONNE!!!!
Oh lala je crois que je suis grillée là, je vais passer pour une sauvage qui n’aime pas les gens.
C’est faux, j’aime bien les gens… AILLEURS.
Oh!! Je PLAISANTE, mais c’est vrai que j’aime la tranquilité, la nature, le calme, la grandeur des espaces lorsque je ne travaille pas.
Au boulot, je suis l’inverse, j’adore les gens, le contact avec eux, échanger des idées etc.
Il faut reconnaître que dans la nature c’est agréable de pouvoir profiter intimement d’elle et de ne la partager qu’avec des personnes « connaisseuses » ou qui apprécient de la même façon que soi les lieux.
 
On dira que je suis la sociable au boulot et la sauvage les autres jours 😉
Sachant que je bosse un peu moins que la moyenne…ça voudrait dire que je ne suis pas souvent sociable ? 😉
Il va falloir que je réfléchisse à la question.
A bientôt,  et sauvage ne veut pas dire inhumaine 😉
 

****


Fraîcheur

 
Après-midi ceint d’une chaleur étouffante. Direction « notre » piscine, le bord du torrent pour y lire au frais.
On pourrait croire que les immenses rochers ont été placé et taillé en fauteuil  pour la circonstance.
Si la chaleur se fait un peu trop intense, il suffit d’aller sous les arbres.
Viens, je vais te faire voir :
 
 

1- Parasol naturel

 

****

 

2- Lumière estivale

 

****

 

3- Pénombre envoûtante
 

 

****

 

Tu as trop chaud?  Viens goûter à la véritable fraîcheur.
Au départ, fraîcheur risque de rimer avec douleur tellement le froid est intense, mais persévère.
Le corps s’habitue petit à petit pour transformer la sensation en petit grain de folie.
 
 

4- étincelles
 

 

****

 

5- Limpidité troublante 

 

Alors ? Tentant? 

****

 

Solitude 
Marc-Antoine Girard de SAINT-AMANT
(extraits)
 O ! que j’aime la solitude !
Que ces lieux sacrés à la nuit,
Eloignés du monde et du bruit,
Plaisent à mon inquiétude !
Mon Dieu! Que mes yeux sont contents
De voir ces bois qui se trouvèrent
A la nativité du temps,
Et que tous les Siècles révèrent,
Etre encore aussi beaux et verts,
Qu’aux premiers jours de l’Univers !
 
 Que je trouve doux le ravage
De ces fiers torrents vagabonds,
Qui se précipitent par bonds
Dans ce vallon frais et sauvage !
Puis glissant sous les arbrisseaux,
Ainsi que des serpents sur l’herbe,
Se changent en plaisants ruisseaux,
Où quelque Naïade superbe
Règne comme en son lit natal,
Dessus un trône de cristal !