Une façon de partager, tout en pensant : Ce qui te manque, cherche-le dans ce que tu as

Articles tagués “temps

Un(s)temps d’une pose

 

Ne pas chercher loin, juste aller et trouver
En se sentant bien, en ayant tout à aimer.
Regarder filer, se dire qu’on va saisir le temps
Juste le temps d’une pose.
Offrir au regard un condensé de temps.
Ce temps qui court, ce n’est pas juste celui d’un clic rapide,
C’est 30secondes transformées en une photo.
Ces instants là, c’est, une fois de plus, nous et personne d’autre.
C’est faire partie d’un décor brut, être sous la neige alors qu’à peine plus bas il pleut.
C’est jouer avec le temps et la lumière, c’est chercher, trouver, appuyer sur le déclencheur

Attendre dans la neige que le temps veuille bien entrer dans une photo.
C’est « le » regarder et voir qu’il cueille aussi le temps pour en faire de la douceur.

C’est sourire. C’est être bien.

 

****

 

DSC_00201- La caresse des roches

****

 

DSC_00162-Eloge de l’eau

****

DSC_00153-Transparence

****

DSC_00144-riD’EAU

****

DSC_00135-Fouillis

****

DSC_00126-Uni vert

****

DSC_00097-File

****

Pour le soleil qui luit dans les ciels gris
Pour cette présence dans mes solitudes
Pour ces larmes dans mes rires
Pour ces instants qui font l’éternité
Pour celle que tu me permets d’être
Merci 🙂


50 ans de retard…

 
 
Il est un lieu où le temps ne s’égraine  pas comme ailleurs. Les gens en aval du giffre pensent, que nous ceux de l’amont, ceux d’où il prend sa source, avons 50 ans de retard sur le reste du monde.
Cinq kilomètres suffisent à reculer le temps de 50 ans.
Ce n’est pas partout que les kilomètres se comptent en années.
Il y a une blague qui court en bas dans la vallée depuis bon nombres d’années disant que si la fin du monde devait arriver, il faudrait qu’ils viennent dans notre village arrièré d’un demi-siècle, comme ça, il leur resterait encore 50 ans à vivre alors que le reste de l’humanité serait éteint.
Moi je vous dis, je suis heureuse de vivre dans ce lieu paumé, je n’ai rien à faire de ses années de retard et pour rien au monde je ne voudrai être dans une ville grouillante et bruyante.
Alors, voilà, je vous propose un petit bon de 50 ans en arrière.
Ne me cherchez pas sur la photo, je ne suis pas encore née 😉
 
 
 

*****

 

 
Sans-titre-1
1-Au fil du temps

 

****

 

hors-du-tempsw

2- Constance

 

****

 

weglise3- Toujours

 

****

 

 


Prendre le temps

 

1- Soupir

 

« La vie dans les bois permet de régler sa dette. Nous respirons, mangeons des fruits, cueillons des fleurs, nous baignons dans l’eau de la rivière et puis un jour, nous mourrons sans payer l’addition à la planète. L’existence est une grivèlerie. L’idéal serait de traverser la vie tel le troll scandinave qui court la lande sans laisser de traces sur les bruyères.
Il faudrait ériger le conseil de Baden-Powell en principe :
« Lorsqu’on quitte un lieu de Bivouac, prendre soin de laisser deux choses.
Premièrement  : rien.
Deuxièmement : ses remerciements. »   « 
Dans les forêts de Sibérie. Sylvain Tesson.
 

****

Savoir se poser, savoir se donner l’opportunité de savourer sans être confronter à la notion du temps.
« Prendre le temps » est un terme que je n’aime pas vraiment par ce côté « emprisonner ».
Je ne veux pas emprisonner le temps, je veux juste le savourer en lui donnant une saveur particulière.
Un saveur qui lui donnera l’impression de ne pas filer bêtement. J’aimerai, un jour que le temps qui m’est imparti soit heureux de la façon je l’accommode, qu’il n’est pas à se dire que l’humain qui lui a été attribué à gâcher « la marchandise ».
Je prends conscience de lui, et j’ai envie que « Mon » temps soit un temps heureux, consommé au mieux sans le laisser se morfondre ou sans lui donner de signification.
Pour certains d’entre vous, le temps c’est de l’argent.
Pour moi, le temps c’est tout autre chose…

Eau, tant est là, eau, tant émois

Une chanson dans la forêt, une brume qui gonfle les mousses, un souffle frais constant.
C’est le jeu de l’eau qui suit son cours de jour en jour.
Comme le temps, rien ne l’arrête. Elle se rit de tout obstacle et court toujours.
Seule la photo la capture ou en donne l’illusion…
Limpide, putride, fluide ou rigide, elle finira toujours par redevenir pure et transparente en s’évaporant.
Chose qui ne nous caractérise pas. Le temps ne nous améliore pas forcément  😉